Pneumatique - Le site
mardi, 23 février 2021 15:03

Goodyear met la main sur Cooper Tires

La fabricant américain prend le contrôle de son voisin de l'Ohio moyennant un investissement de 2,5 milliards de dollars. Grâce à cette opération, Goodyear complète son portefeuille et renforce ses positions en Amérique du Nord et en Chine.

 

"C'est un jour passionnant pour toute l'industrie américaine du pneumatique !" C'est par ses mots que Rich Kramer, PDG de Goodyear, a officialisé le rachat par son groupe de Cooper Tire & Rubber Company. Un mouvement d'envergure conclu entre deux des plus iconiques fabricants de pneumatiques que compte le pays de l'oncle Sam. Moyennant un chèque d'environ 2,5 milliards de dollars (2 millions d'euros), la firme d'Akron met la main sur son homologue et voisin de l'Ohio fondé en 1914.

L'atout SUV/pick-up

"Cette opération de croissance externe va nous permettre de renforcer nos positions industrielles et commerciales, tout en créant de la valeur pour nos actionnaires", ajoute Rich Kramer. Président de Cooper, Brad Hugues y voit quant à lui une réelle opportunité "de rejoindre un groupe plus fort, plus puissant, qui va nous permettre d’être plus compétitif dans le panorama de l’industrie pneumatique mondiale".

Cinquième manufacturier en Amérique du Nord au niveau du chiffre d'affaires, Cooper emploie 10 000 salariés dans 15 pays différents et s'appuie sur un maillage industriel riche de 10 sites détenus en propre ou via des coentreprises. Son portefeuille comprend quatre marques principales (Cooper, Mastercraft, Roadmaster, Mickey Thompson) mais la renommée du groupe repose en grande partie sur son savoir-faire en matière de pneus à forte valeur ajoutée pour SUV et pick-up.

Un CA cumulé de 15 milliards de dollars

Un véritable atout pour Goodyear qui, par ce biais, va aussi renforcer ses positions à l'échelle du globe. Désormais numéro un incontesté sur le sol américain, le groupe réussit également à doubler son niveau d'activité en Chine, grâce à de nouveaux référencements OE. Son réseau de distribution s'étoffe aussi avec 2 500 points de ventes supplémentaires.

D'ici deux ans, ce nouvel attelage, qui représente un CA d'environ 15 milliards de dollars, devrait multiplier les synergies, ce qui permettra de générer des économies d'échelle évaluées à 165 millions de dollars. 

Publié dans Industrie

Pour accélérer et optimiser le développement de ses pneumatiques, Goodyear va installer un simulateur VI-Grade au sein de son centre d'innovation de Colmar-Berg, au Luxembourg. Un outil qui viendra également renforcer la collaboration avec le siège américain d'Akron qui dispose d'une solution identique.

 

Un pas de plus dans la digitalisation des pneumatiques. Goodyear vient d'annoncer que son centre de recherche et de développement de Colmar-Berg, au Luxembourg, sera bientôt équipé d'un nouveau simulateur de conduite dynamique (DiM250 Dynamic Simulator). Mis au point par VI-Grade, cet outil va permettre d'accélérer mais aussi d'optimiser le développement de pneumatiques sur le site européen du manufacturier américain.

"Ce niveau de simulation constitue un véritable avantage en matière de leadership technologique pour nous, souligne Chris Helsel, vice-président et directeur de la technologie de Goodyear. Nous souhaitons améliorer en permanence notre processus de développement et conserver notre statut de fournisseur privilégié pour nos clients".

Valider des profils avant de créer des prototypes

Les simulateurs de conduite permettent de développer, de tester et de valider des profils de pneumatiques au début du cycle de développement. Ils peuvent aider à identifier les plus performants avant de construire un prototype. Ce process se combine à celui du développement d’une voiture, pour proposer des profils de pneumatique au bon moment en fonction du besoin des constructeurs automobiles.

Grâce à ce nouvel atout technologique, Colmar-Berg va aussi pouvoir renforcer ses liens avec le siège américain d'Akron, où a récemment été mis en service un autre simulateur. "Goodyear est désormais à la pointe du développement virtuel de pneumatiques et bénéficie d’un avantage concurrentiel significatif en ce qui concerne la collaboration avec les constructeurs automobiles et l'accélération du développement de produits", note Guido Bairati, vice-président des ventes et marketing de VI-grade.

Publié dans Marché
lundi, 24 août 2020 11:02

Donald Trump s'en prend à Goodyear

Après la divulgation par un employé de règles internes jugeant "inacceptable" de porter des vêtements arborant le slogan de campagne du président-candidat ou de tout autre parti politique, Donald Trump a appelé aux boycott des produits Goodyear.

 

"N'achetez pas de pneus Goodyear" Tel est le tweet publié par Donald Trump suite à la divulgation de règles internes à l'usine de Topeka (Kansas) au sein de laquelle les vêtements arborant notamment le sigle MAGA, l'acronyme de "Make America great again", le slogan du président américain dans sa campagne de réélection, sont jugés "inacceptable".

"Il y a quelque chose qui ne va pas avec la direction de Goodyear", a-t-il ajouté par la suite. Quid des pneus de sa voiture présidentielle, de la marque Goodyear selon un journaliste ? "Je voudrais les changer. (...) On verra ce qui se passe. Beaucoup de gens ne voudront plus acheter ce produit (mais ceux) d'un concurrent. Fabriqué aux Etats-Unis".

Des salariés victimes "d'une nouvelles attaque politique" pour Joe Biden

"Goodyear emploie des centaines de travailleurs américains. (...) Pour le président Trump, ces salariés et leurs emplois ne sont pas une source de fierté, juste les victimes collatérales d'une nouvelle attaque politique", a réagi son concurrent démocrate pour l'élection présidentielle, Joe Biden, dans un communiqué.

Une photo, qui semble prise lors d'une formation interne, a été largement relayée sur les réseaux sociaux. Elle montre une présentation, indiquant quels messages peuvent ou non être affichés par les employés peuvent sur le lieu de travail. Dans la catégorie "acceptable" : Black Lives Matter (BLM) ("les vies noires comptent") et LGBT (Lesbienne, Gay, Bi, Trans).

Ne pas faire état de ses appartenances politiques

En revanche, sont considérés inacceptables, les slogans Blue Lives Matter (mouvement de soutien à la police), et All Lives Matter ("Toutes les vies comptent", brandi par les soutiens de Donald Trump en opposition au mouvement BLM), ainsi que les vêtements affichant le slogan de Donald Trump, MAGA, et tout autre affichage d'une opinion politique.

Goodyear a réagi mercredi sur Twitter, assurant que le "visuel concerné n'a été ni créé ni distribué par l'entreprise Goodyear, et ne fait pas non plus partie d'une formation sur la diversité". Le fabricant américain de pneumatiques a également indiqué qu'il est demandé aux employés de ne pas faire état sur le lieu de travail de leur appartenance politique, quelle qu'elle soit. (Avec AFP)

Publié dans Marché

Le spécialiste des pneumatiques en ligne enregistre une croissance de ses ventes sur le segment PL de 50 % sur les douze derniers mois. Un marché qu’il entend continuer de développer.

 

Alors que le marché des pneumatiques poids lourds a connu une hausse de 1,7 % en 2019, le pure player suit la même tendance ! Ce dernier a connu une croissance de ses ventes de pneumatiques poids lourds de 50 % lors des douze derniers mois.

Les marques premium en tête

Des performances qui s’expliquent notamment par une offre de plus en plus importante. Son panel comprend aujourd’hui une quinzaine de références dont Bridgestone, Continental, Dunlop, Firestone, Goodyear, GT Radial, Hankook, Michelin, Pirelli, ou encore Riken.

Et ce sont principalement les marques premium qui se distinguent. Ainsi, 29 % des ventes ont été réalisées sur la marque Hankook et 22 % sur Michelin. Néanmoins, les pneumatiques de la marque japonaise budget Riken arrive également sur le podium, représentant 17 % des ventes.

Un confinement dynamique

La plateforme de vente en ligne a également constaté une forte demande de pneus poids lourds de mars à mai 2020 : "Pendant le confinement, de nombreux professionnels ont rencontré des difficultés d'approvisionnement, ce qui a provoqué des ruptures de stock sur le marché. En cette période exceptionnelle, Pneumaclic s'est posé en solution de dépannage efficace", souligne Delphine Bonnet, responsable opérationnel de Pneumaclic.

Des résultats qui confortent le pure player dans sa stratégie de développement de son offre : "Nous n'avons cessé d'améliorer notre prestation depuis le lancement de Pneumaclic. L'élargissement de notre panel de marques et notre positionnement en tant que solution de dépannage se sont avérés efficaces pour accroître nos ventes. Nous souhaitons poursuivre cette ambition afin d'être un acteur incontournable de la vente en ligne BtoB de pneumatiques", conclut Lionel Haberlé, directeur général de Pneumaclic.

Publié dans Distribution

 

Changement à la direction générale de la division consumer de Goodyear France où Thierry Villard succède à Jean-Denis Perche. Le nouveau responsable évolue dans le groupe américain depuis 2007.

 

Depuis le 1er juillet 2020, Thierry Villard est le nouveau directeur général de la division consumer (pneus tourisme, 4x4 et camionnette) de Goodyear France. Prenant la suite de Jean-Denis Perche, qui a souhaité donner une nouvelle orientation à sa carrière, il assume également le mandat de président de Goodyear France et reporte directement à David Anckaert, vice-président consumer Europe.

Agé de 60 ans, Thierry Villard est diplômé de HEC et évolue depuis trente-cinq ans dans les ventes et le marketing. Après avoir débuté sa carrière chez Danone, à des postes de commercial terrain puis au service marketing, il entre en 1996 chez Kodak. Pendant onze ans, il multiplie les expériences en France comme à l'international (Genève, Dubaï) aux directions ventes-marketing France, grands comptes internationaux, ainsi qu'à la direction générale Europe de l'Est, Moyen-Orient et Afrique.

Il rejoint Goodyear en 2007 en étant nommé directeur des ventes et du marketing pour l'Europe de l'Est, le Moyen-Orient et l'Afrique. Trois ans plus tard, il se voit confier la direction générale de la zone Europe Centrale puis, à partir de 2013, celle de la zone Australie/Nouvelle-Zélande. Depuis deux ans, il dirigeait le déploiement d’un programme stratégique pour la division consumer de Goodyear en Europe.

Publié dans Carnet
vendredi, 26 juin 2020 07:19

Hakan Bayman nommé chez Goodyear

Après avoir passé quinze ans chez Bridgestone, Hakan Bayman rejoint la firme d'Akron en étant nommé président de l'activité consumer pour le marché européen.

 

The Goodyear Tire & Rubber Company annonce la nomination de Hakan Bayman au poste de président de l’activité des pneumatiques consumer en Europe, à partir du 1er juillet 2020. Basé à Bruxelles (Belgique), il reporte directement à Chris Delaney, président de Goodyear EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique).

Titulaire d'un diplôme universitaire en économie, Hakan Bayman possède une solide expérience du secteur des pneumatiques, de l'automobile et des produits de grande consommation. Il a ainsi débuté sa carrière en 1992 chez Henkel (spécialiste des colles et adhésifs) avant d'évoluer pendant deux ans dans le groupe Coca-Cola (1996-1998) puis pendant cinq ans chez Kraft, à chaque fois aux directions marketing.

En 2002, il se voit confier la vice-présidence, en charges des ventes et du marketing, de Brisa Bridgestone Sabanci Tire, filiale turque du manufacturier nippon fabricant notamment la marque Lassa. Après un détour chez BMW Turquie, entre 2007 et 2009, au poste de directeur général, il revient ensuite chez Brisa pour en devenir PDG.

En 2015, il est promu senior vice-président CEI (Russie, Moyen-Orient & Afrique) de Bridgestone puis, à partir de 2017, responsable de la stratégie des solutions mondiales au siège de Tokyo. Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, Hakan Bayman sera responsable de la planification et de l'exécution de l'ensemble des unités opérationnelles de Goodyear dans toute l’Europe.

Publié dans Carnet

Six ans après l'arrêt de son site de production picard, qui avait entraîné le départ forcé de 1 143 salariés, le manufacturier américain a été condamné par la justice pour licenciement abusif. Des dommages-intérêts devront être versés.

 

Après avoir défrayé la chronique pendant de longues années jusqu'en 2014, date de sa fermeture, l'usine d'Amiens-Nord – qui a aujourd'hui complètement disparue ayant été rasée – revient sur le devant de l'actualité. Suite à une longue procédure devant les tribunaux, les ex-salariés du site ont obtenu gain de cause. Ce jeudi 28 mai 2020, le groupe Goodyear a ainsi été condamné pour licenciement abusif, un jugement qui rend leur "dignité" aux salariés éprouvés par des années de procédures.

Sur les 1 143 salariés, 832 recevront des dommages-intérêts équivalents à leurs six derniers mois de salaire brut. A l'audience dite de départage du 28 janvier, à laquelle environ 550 personnes avaient assisté, Me Fiodor Rilov, avocat des salariés, avait insisté sur les bénéfices d'exploitation mondiaux, à l'époque, du groupe Goodyear, d'un montant de 1,7 milliard de dollars.

La direction assure avoir "tout tenté" pour "éviter ce drame"

Il avait considéré cette affaire comme "emblématique du refus des ouvriers de se laisser écraser à l'occasion du démantèlement de leur outil de travail pendant que leur employeur réalise des profits colossaux". Spécialisé dans la fabrication de pneus agricoles, le site Goodyear d'Amiens-Nord avait fermé en janvier 2014, après un bras de fer de plus de six ans entre personnel et direction.

L'usine était "déficitaire", "en retard" et le groupe souffrait alors d'un "fort endettement" de 5,2 milliards de dollars, avait fait valoir à cette même audience l'avocat de la direction, Me Joël Grangé, pour justifier la décision de fermeture. Tout en assurant que la direction avait "tout tenté" pour "éviter ce drame". Le tribunal, qui statuait en départage, a livré une autre lecture de cette catastrophe sociale, considérant que les licenciements n'avaient pas de "motif économique valable".

Une victoire symbolique dans le contexte actuel

"C'est une énorme victoire, surtout dans la période actuelle d'avalanche des plans sociaux. Elle est emblématique de l'utilité de la lutte pour ne pas se laisser faire face à des multinationales possédant des milliards d'euros de réserve. C'est un jugement extrêmement significatif : on ne peut pas licencier pour faire plus de bénéfices, ce n'est pas légal", a tonné Me Rilov devant le tribunal d'Amiens, où quelques anciens salariés s'étaient retrouvés.

A quelque pas des salariés, un porte-parole de l'entreprise a dit que Goodyear prenait "évidemment acte" de cette décision, tout en rappelant que "la fermeture du site était nécessaire pour sauvegarder la compétitivité de l'entreprise" et qu'un "dispositif d'accompagnement très important" avait été mis en place pour les ex-salariés. "Goodyear va étudier le jugement avant de décider d'un éventuel appel", a-t-il également affirmé. (avec AFP)

Publié dans Industrie

L'iconique dirigeable semi-rigide, aux couleurs de la firme américaine depuis près de 100 ans, revient en Europe après une décennie d'absence. Il accompagnera Goodyear notamment lors de courses automobiles.

 

Plus qu'un outil marketing, un véritable pan d'histoire. Voilà près de 100 ans que le Zeppelin aux couleurs de Goodyear accompagne la firme américaine. Dans l'imaginaire collectif, l'un et l'autre ne font souvent qu'un. Aujourd'hui, le fameux Blimp est de retour en Europe. Pour marquer la fin d'une intense phase de développement caractérisée par une gamme de produits renouvelées, un modèle de distribution repensé, un développement en e-commerce ou encore un retour en sport automobile (WEC), Goodyear a investi dans un nouveau semi-rigide.

75 m de long et 18 m de haut

"Le Blimp Goodyear est une véritable icône qui a mobilisé l'imagination des consommateurs et des passionnés aux États-Unis et dans le monde depuis près de cent ans, étaye Mike Rytokoski, vice-président et directeur du marketing de Goodyear Europe. Son retour en Europe était attendu depuis longtemps. C'est le moyen idéal de célébrer notre retour dans le sport automobile international, notre nouveau partenariat médiatique avec Eurosport et les nouveautés de notre portefeuille de produits".  

Le dirigeable semi-rigide Zeppelin NT mesure plus de 75 m de long - près des trois quarts de la longueur d'un terrain de football - et près de 18 m de haut. C’est le même type de dirigeable que les trois Blimp Goodyear exploités aux Etats-Unis. Absent du Vieux Continent depuis une décennie, il sera un magnifique ambassadeur de la marque lorsqu'il survolera l’Europe, offrant une couverture aérienne unique des principales courses automobiles et proposant des vols commerciaux (passagers) en Allemagne.

GP de F1, Roland Garros, mariages royaux…

Souvent aperçu lors d'évènements sportifs américains d'envergure comme les courses de Nascar, des matchs de basketball de NBA ou encore certains tournois de golf du PGA Tour, le Blimp a fait ses premiers pas en Europe en 1974. Il a été utilisé notamment lors du Grand Prix d'Allemagne au Nürburgring en 1985, l'Open de France de Rolland Garros à Paris en 1986 et même pendant deux mariages royaux britanniques.

Il volera dans un premier temps en Allemagne, dans la région de Friedrichshafen, et sera ensuite utilisé lors des manches du Championnat du Monde d'Endurance FIA (WEC) dont Goodyear sera, à compter de 2021, le fournisseur officiel de pneumatiques pour la catégorie LMP2.

Publié dans Marketing

Toutes les usines du groupe situées en France, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Pologne et en Slovénie vont être arrêtées. C'est ce qu'a annoncé le manufacturier américain face à la propagation du coronavirus.

 

Alors que Michelin a annoncé en début de semaine la fermeture de ses sites français, espagnols et italiens, c'est au tour de Goodyear de prendre une décision similaire.

Le groupe américain a indiqué dans un communiqué son intention de fermer "temporairement et progressivement ses usines européennes de pneumatiques et de rechapage de pneumatiques, à partir de la fin de cette semaine, et au moins jusqu’au 3 avril prochain".

Les entrepôts restent opérationnels

Un choix qui va directement impacter les sites de l'américain situés en France (Amiens, Montluçon et Riom), en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Pologne et en Slovénie.

Ses entrepôts restent quant à eux opérationnels mais avec des horaires réduits et des mesures de distanciation sociale pour protéger la santé des équipes. Pour le moment, cette mesure ne concerne que l'Europe mais Goodyear "continue d’évaluer ses activités de production en Amérique du Nord et dans le monde".

Publié dans Industrie

Le spécialiste de la vente en ligne de pneumatiques annonce une forte croissance des quatre saisons en 2019. Ces derniers, très populaires dans les régions peu enneigées, ont représenté ainsi 14 % de ses ventes.

 

En hausse de trois points en 2019, les ventes de pneus quatre saisons ne cessent de croître chez Pneumaclic. Elles ont atteint 14 % de ses ventes l’année dernière. Les quatre saisons sont principalement distribués en Ile-de-France et en Normandie, régions rarement enneigées. Un maillage du territoire qui s’explique notamment par leurs bonnes performances d’adhérence sur les sols secs et mouillés, dans des conditions hivernales clémentes. Ainsi, le pneumaticien souligne que "les pneus quatre saisons peuvent être exploités toute l’année et évitent les contraintes de stockage pour les utilisateurs".

Les marques premium font envie

La majeure partie des ventes de quatre saisons (81 %) se destinent à des véhicules de tourisme même si le pneumaticien note une forte progression des ventes de pneus quatre saisons sur les 4x4 (+5 points), en adéquation avec la croissance du nombre de SUV qui représentent aujourd’hui 38 % du marché. Et selon le spécialiste, ce sont principalement les marques premium qui captent près de la moitié des ventes toutes saisons avec notamment les marques Michelin, Kleber, Hankook, Bridgestone et Goodyear.

Néanmoins le spécialiste de la vente en ligne tient à rappeler que les pneus quatre saisons ne peuvent se substituer aux pneus hiver dans les zones froides. "Bien que nos clients soient des professionnels du pneumatique, nous leur rappelons régulièrement que seuls des pneus hiver apportent une adhérence suffisante sur des routes d'hiver et ce, dès que les températures passent sous la barre des 7°C. Un pneu quatre saisons ne pourra jamais remplacer un pneu hiver.C'est aussi notre rôle d'apporter nos conseils et de garantir un service client de qualité", a notamment déclaré Lionel Harbelé, directeur général de Pneumaclic.

 

 

Publié dans Distribution
Page 1 sur 12

Découvrir

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter