Pneumatique - Le site

L'enseigne de centres autos et son plus fidèle adhérent viennent d'ouvrir un centre Point S Industriel à Luçon, en Vendée. Il s'agit de la sixième implantation dans le département.

 

Le réseau Point S se développe encore. L'enseigne lyonnaise compte depuis peu une nouvelle adresse en Vendée. C'est à Luçon, près de La Roche-sur-Yon, que Point S est désormais implanté grâce à l'investissement de la Sofrap. Partenaire de l'enseigne depuis sa création en 1971, le groupe dirigé par François Bayan est à la tête de 17 établissements, principalement en Bretagne et Pays-de-la-Loire, et emploie plus de 130 salariés.

Ce dernier a investi 600 000 euros pour construire ce Point S Industriel flambant neuf. Les 1 700 m² d'atelier et de stock sont équipés de tables de montage et d'appareils performants comme la géométrie en 3D, utilisée pour le contrôle et le réglage du parallélisme, ou les tablettes d'assistance à la gestion de pneumatiques.

Sept fosses ont été créées, dont une pour les véhicules utilitaires et une autre pour les poids-lourds. Autre atout avec un parking de 8 000 mètres carrés qui permet d'accueillir les véhicules des particuliers, professionnels (poids-lourds, agraire et génie civil) et Grands Comptes. Cinq salariés ont été embauchés pour développer ce centre.

"Cette 17e ouverture renforce le groupe au niveau local. Pour être au plus près de nos clients, nous avons équipé le centre de Luçon de trois unités mobiles qui se déplacent chez eux à la demande", ajoute François Bayan.

 

Publié dans Marché

Depuis le 10 mai 2019, l'enseigne de centres autos est implantée à Joué-lès-Tours avec un nouveau centre d'une superficie de 775 mètres carrés.

 

Norauto a inauguré son 408e centre. Construit à Joué-lès-Tours, dans le département d'Indre-et-Loire, celui-ci est dirigé par Gilles Villeminey. D'une superficie de 775 mètres carrés, dont 325 de surface de vente, cette implantation dispose de dix baies atelier et pourra en outre s'appuyer sur le trafic généré par le centre commercial Leclerc voisin.

Le centre Norauto de Joué-lès-Tours bénéficie des dernières innovations de l’enseigne destinées à faciliter l’automobile à ses clients tant en termes de produits et services que d’accueil client.

L’atelier est formé aux dernières évolutions technologiques et propose ainsi plus de 140 prestations en multimarques pour le diagnostic, l’entretien et la réparation de tous les véhicules, avec des interventions à la carte pour chaque voiture et des formules et packs pensés pour la tranquillité de tous les automobilistes, y compris les 2 roues et 2 roues électriques.

Publié dans Marché

Grâce à un exercice 2018 particulièrement réussi, lors duquel le chiffre d'affaires du réseau a progressé de 5 %, Point S a choisi de reverser à ses 550 centres la bagatelle de 550 000 euros.

 

Une performance récompensée ! Alors que l'enseigne lyonnaise a généré l'an passé un chiffre d'affaires de 470 millions d'euros, soit 5 % de croissance sur un an, Point S a reversé une partie de ses bénéfices à ses adhérents. Chacun des 550 centres du réseau a reçu début mai un bonus exceptionnel de 1000 euros tandis que, pour les derniers arrivant, celui-ci a été calculé au prorata des mois d'ouverture en 2018.

"C'est une récompense bien méritée, indique Christophe Rollet, directeur général de Point S. A la fin d'un premier trimestre 2019 encore très positif pour le groupe, il nous a semblé important de remercier nos adhérents, qui ont fait l'effort de suivre la politique du réseau en 2018".

L'enseigne souligne aussi que sa performance a été rendu possible "grâce à l'efficacité des négociations commerciales menées par le groupe" mais surtout grâce à "la fidélité des adhérents qui respectent les politiques commerciales mises en œuvre". Pour rappel, Point S fédérait à fin 2018 près de 550 centres et ambitionne d'en compter 580 d'ici au 31 décembre 2019.

Publié dans Marché

Nokian Tyres France revoit sa stratégie de distribution. Pour gagner en visibilité et en efficacité, le manufacturier finlandais choisit de regrouper ses réseaux Vianor et Nokian Authorized Dealers au sein de ce dernier.

 

Avec une part de marché d'environ 3 %, Nokian Tyres reste un acteur confidentiel dans l'Hexagone. Un constat qui n'empêche pas le finlandais d'avoir de l'ambition. Sous la houlette de Michel Poirier et de ses six collègues, le spécialiste des pneus hiver ne cesse de se développer en France. L'an passé, en dépit d'un contexte social instable, ses ventes ont ainsi progressé de 5 % et son chiffre d'affaires de 4 % en ayant écoulé deux-tiers de montes hiver sur un marché pourtant peu sensible à ce segment.

Difficile de rattacher Vianor à Nokian

"Très tôt, nous avons fait le choix de nous appuyer sur une stratégie de distribution sélective. Pour que nous puissions bien vivre, nous voulons que nos clients vivent bien. Nous nous refusons donc à sacrifier leurs marges", explique le directeur commercial. Un parti-pris qui ralentit sans doute son développement même si Nokian est aujourd'hui présent chez les principaux réseaux de pneumaticien, de centres autos, ainsi que chez Allopneus et même chez des constructeurs (Volkswagen, Ford, Toyota, Volvo…).

Cette distribution, justement, s'appuie depuis plusieurs années sur deux concepts : Vianor, un réseau rassemblant près de 2000 points de vente à l'échelle du globe (27 pays) dont 45 en France ; et NAD, riche ici d'environ 150 distributeurs. Depuis le début de l'année, le premier nommé n'est plus présent dans l'Hexagone. "Le lien était difficile à faire entre Vianor et Nokian. Nos distributeurs perdaient beaucoup de temps à expliquer que le premier était le réseau du second, étaye Michel Poirier. A présent, on va concentrer nos efforts marketing uniquement sur notre réseau de distributeurs agréés, les fameux NAD."

Une cinquantaine de centres supplémentaires attendue

Le développement des NAD a été confié à Jean-Philippe Lignon, précédemment en charge de celui de Vianor. D'ici la fin 2020, tous les centres de ce dernier seront modernisés avec les couleurs et la signalétique Nokian. Une opération entièrement prise en charge par la tête de réseau qui "offre" également à tous ses membres des vêtements et des cessions de formation. Autre atout, l'enseigne est accessible soit dans une version allégée (typiquement, un distributeur du réseau X pourra devenir distributeur agréé Nokian) ou dans une version complète avec l'ensemble du point de vente aux couleurs de la firme.

"On est un peu le réseau de ceux qui ne veulent pas être dans un réseau, précise Michel Poirier. On s'adresse à une cible de distributeurs très vaste". Alors que les équipes France vont continuer à se renforcer (10 personnes en 2022) pour assurer notamment la croissance du réseau NAD, qui devrait grossir d'une cinquantaine de points de vente à moyen terme, Nokian ambitionne de vendre d'ici trois ans plus d'un million de pneumatiques dans l'Hexagone. Un chiffre symbolique qui ferait de la France le troisième marché de la marque en Europe derrière la Russie et l'Allemagne.

Publié dans Distribution
mercredi, 10 avril 2019 11:10

Point S inaugure à Beauvais

L'enseigne lyonnaise se renforce avec l'ouverture d'un centre auto à Beauvais. Il s'agit de la 8e implantation pour Point S dans le département de l'Oise.

 

Neuf ans après l'ouverture de son premier centre Point S, Sébastien Guichard vient d'en inaugurer un second. Son Point S Centre Auto est désormais opérationnel à Beauvais. Situé dans une zone commerciale très active, qui compte une vingtaine de commerces, ce centre existait déjà depuis vingt ans avant de passer sous l'enseigne Point S. Sébastien Guichard a conservé l'effectif de sept mécaniciens, dont deux sont formés à la pose de boîtiers de conversion au bioéthanol.

Le Point S Centre Auto de Beauvais accueille principalement les véhicules des particuliers pour de l'entretien automobile et du pneumatique. Sébastien Guichard propose également à la vente, dans sa boutique de 350 m², des produits liés à l'entretien automobile. Le chef d'entreprises a démarré son activité dans la mécanique auto et le pneumatique avec l'ouverture en 2010 de son premier centre Point S, situé à Saint-Just-en-Chaussée (60). Il est désormais à la tête de deux établissements et gère douze salariés.

"Pour ouvrir mon premier centre, je me suis tourné vers Point S pour son savoir-faire et son expertise en région. J'ai ensuite souhaité développer ma société et gérer également une boutique, dédiée à la vente de produits d'entretien auto. Mais mon centre de Saint-Just-en-Chaussée ne me permettait pas de développer une surface de vente. Point S m'a accompagné et m'a aidé à trouver ce second établissement à proximité, avec un très bon emplacement, une notoriété déjà établie et une surface de vente", explique Sébastien Guichard.

Grâce à cette ouverture, l'enseigne lyonnaise, qui ambitionne d'atteindre les 580 sites d'ici la fin de l'année, rassemble désormais huit points de vente dans le département de l'Oise. Autre satisfaction pour elle, l'investissement des adhérents dans le réseau ne cesse de se renforcer. Les multisites représentent désormais un quart des implantations.

Publié dans Distribution
mardi, 02 avril 2019 10:30

Speedy sur tous les fronts

Internationalisation de la société, renforcement de l'offre flotte, création d'une centrale d'achats… l'enseigne du groupe Bridgestone ne laisse rien au hasard pour pérenniser sa croissance. Tour d'horizon des principaux projets.

 

Trois ans après son rachat par le géant nippon, Speedy à la sauce Bridgestone est une affaire qui roule. "On est venu rajouter des forces tout en préservant un modèle indépendant", résume Eric Terefenko, président du réseau depuis l'été 2018. Fort de ce rapprochement, Speedy multiplie depuis plusieurs mois les initiatives en vue de renforcer sa présence et d'élargir son savoir-faire. "L'objectif consiste à avoir une société en croissance qui soit le moins vulnérable possible face aux aléas du marché", justifie Eric Terefenko. L'an passé, l'enseigne qui compte 2 600 collaborateurs a généré un chiffre d'affaires de 283 millions d'euros en ayant accueilli plus d'un million de clients.

Avec 12 ouvertures et 7 fermetures, le réseau, quasiment à l'équilibre entre franchisés et succursales, rassemble 486 centres en France ce qui lui permet de toucher 80 % de la population tricolore en moins de 15 minutes. Si une vingtaine de centres supplémentaires est attendu pour 2019, l'essentiel des efforts portera sur l'internationalisation de la société. Alors que celle-ci dénombre 76 implantations dans les DOM-TOM et à l'étranger, l'ambition consiste à atteindre à moyen terme le cap des 500. A l'échelle hexagonale, et peut-être un jour internationale, elle peut aussi s'appuyer depuis 2018 sur le réseau Eurofleet.

Bientôt 1 vente sur 2 en BtoB

L'enseigne dédiée aux grands comptes communes à Speedy, First Stop et Côté Route comprend à ce jour neuf implantations certifiées. Par ce biais, c'est aussi la cible si stratégique des flottes que le groupe Bridgestone entend toucher. L'an passé, le business BtoB représentait une vente sur quatre chez Speedy mais la marge de progression est telle que les professionnels devraient représenter sous peu au moins la moitié de l'activité. Pour séduire cette clientèle, le maillage de l'enseigne mais aussi son offre demeurent des incontournables.

La vocation première des unités mobiles (spécialisées dans les pneus et le vitrage) est ainsi de soutenir le BtoB. La relance récente de l'offre vitrage, une activité (la 4e dans le portefeuille du réseau) vieille d'il y a plus de dix ans mais sur laquelle Speedy souhaite se renforcer en formant notamment plus largement ses franchisés, répond au même objectif. La reprise des ateliers du loueur longue durée Parcours va elle aussi dans ce sens.

L'apport du web

Sur un plan global, l'enseigne a aussi profité de l'exercice 2018 pour opérer un virage à 180 degrés dans sa communication. Si son jingle, ancré dans la tête des Français depuis plus de vingt-cinq ans, demeure, son utilisation évolue puisque Speedy a délaissé les médias traditionnels pour se concentrer sur une communication plus digitale.

Une façon très claire de coller aux nouveaux usages. Preuve de cela, le site internet Speedy.fr joue de plus en plus un rôle majeur dans les entrées atelier. Si 15 à 20 % des rendez-vous sont pris par ce biais-là, l'influence indirecte du site s'avère bien plus importante dans le parcours client, à en croire la direction. Preuve de la montée en puissance de l'enseigne mais aussi des nouvelles opportunités offertes par sa maison-mère, Speedy disposera d'ici quelques mois de sa propre centrale d'achat. Un appui qui devrait profiter dans un second temps à First Stop et Côté Route.

Publié dans Marché

L'enseigne indépendante présente sa nouvelle campagne de communication télévisée, avec un ton décalé donnant vie à des véhicules.

 

Depuis longtemps, Profil Plus sait se démarquer en tablant sur une communication décalée. Il y a quelques années, l'enseigne avait ainsi dégainé une "offre qui fait vibrer" par laquelle des acheteurs de pneumatiques Bridgestone pouvaient remporter un canard vibrant ! Un peu avant, il y avait aussi eu une campagne de promotion réservée aux moustachus… Aujourd'hui, l'initiative se veut moins loufoque mais tout aussi atypique.

Depuis le 25 mars 2019, Profil Plus est présent sur les chaînes télévisées BFM TV, RMC Sport, RMC Découverte et RMC Story au travers d'un spot mettant en scène des véhicules. Conçue par l'agence Busterwood, cette campagne décalée et humoristique donne la parole à deux voitures (Jennifer Apiston et Jack Célère) et une camionnette (Jean Braye).

Dans un style rappelant le film d'animation Cars, ces véhicules, devenus ambassadeurs du réseau, s'animent et échangent entre elles dès que les humains ont le dos tourné. Au travers de ce petit film, qui sera prochainement décliné à la radio, Profil Plus souhaite rappeler que son engagement va au-delà du pneumatique et porte sur l'entretien global. Un message souligné par la nouvelle identité de marque : "Profil Plus, bien plus que des pneus".

Publié dans Marché

L'enseigne de centres autos participait pour la première fois de son histoire à Franchise Expo Paris. Une belle occasion pour elle de renforcer sa notoriété et séduire de nouveaux franchisés alors que First Stop vise 120 ouvertures d'ici trois ans.

 

L'année a débuté de la meilleure des manières pour First Stop qui a enregistré l'arrivée, depuis le 1er janvier, de sept nouveaux centres. La semaine dernière, l'enseigne du groupe Bridgestone participait pour la première fois au salon Franchise Expo Paris. Une opportunité de continuer de grandir mais aussi une nouvelle façon de recruter. "On a un mode de fonctionnement très terrain. On se développe avant tout par ce biais. Être ici, c'est tout nouveau pour nous, c'est une autre façon de faire, mais on y croit beaucoup", note Laurent Champetier, directeur développement et animation réseau.

Une équipe renforcée

Au final, l'enseigne fait état "d'un grand nombre de contacts" et ajoute en avoir qualifié une trentaine. "Le profil des candidats est très clairement différent de ce que nous rencontrons habituellement, précise le responsable. Lors de contacts directs, nous sommes sollicités par des professionnels qui sont déjà en activité contrairement à ce salon où 75 % des rencontres portaient sur des projets de création".

Quoi qu'il en soit, il s'agit d'un levier de plus pour First Stop. D'autant que les objectifs de croissance sont élevés. L'an passé, l'enseigne a généré un chiffre d'affaires de 300 millions d'euros et a écoulé plus d'un million de pneus tourisme (ainsi que 150 000 industriels). Côté réseau, 280 points de vente présentaient la bannière blanche et rouge (+26), dont 200 sous franchise.

D'ici trois ans, First Stop voit beaucoup plus grand et espère compter 120 implantations supplémentaires ! "C'est une ambition relativement forte puisqu'en comparaison nous signons entre 20 et 30 centres par an", précise Christophe Tessier, président de l'enseigne en France et au Benelux. Pour tenir ce rythme, les équipes ont été renforcées avec notamment six personnes entièrement dédiées à l'animation du réseau et à l'accompagnement des adhérents. Depuis peu, ces derniers profitent par ailleurs d'un nouveau CRM.

Des projets plein les cartons

Dénommée Co'Pilot, cette solution fluidifie les relations entre l’accueil et l’atelier grâce à l’utilisation d’une tablette. La phase pilote réalisée dans le point de vente Stevauto à Haguenau, dans le Bas-Rhin, a donné des résultats "très convaincants" avec un gain de temps au comptoir de 30 % et un développement des ventes additionnelles de 30 %. Des chiffres qui ont déjà séduit 10 % des adhérents de l’enseigne qui ont accepté de déployer ce nouvel outil. En parallèle, une réflexion intense est menée pour enrichir l'offre.

La montée en puissance des motorisations électriques et/ou hybrides oblige le réseau à s'y plier. Une offre spéciale sera prochainement déployée alors que les équipes seront peu à peu formées et des bornes de recharge installées. D'autres pistes sont également étudiées telles que l'installation de boitiers bio-éthanol, le décalaminage ou encore du vitrage. Autant d'atouts qui ne constituent en rien des contraintes pour les adhérents. "On respecte l'identité et l'histoire de nos membres. On vient leur apporter des solutions au travers d'un fonctionnement souple", conclu Laurent Champetier.

Publié dans Marché
jeudi, 14 mars 2019 05:55

Norauto inaugure dans la Somme

L'enseigne du groupe Mobivia poursuit son développement en franchise avec l'ouverture d'un nouveau centre à Albert. Il s'agit du 406e point de vente pour Norauto.

 

Clin d'œil du calendrier, alors que se tient cette semaine la 38e édition de Franchise Expo Paris, Norauto vient d'en inaugurer un nouveau en franchise grâce à un couple de dirigeants rencontrés justement en 2017 lors du rendez-vous parisien.

Laurence et David Darras permettent en effet à l'enseigne de renforcer ses positions dans les Hauts-de-France avec l'ouverture d'un nouveau point de vente à Albert, dans la Somme.

D'une surface totale de 650 m2, dont 277 pour la surface de vente, celui-ci dispose de cinq baies atelier. Le centre Norauto d’Albert bénéficie des dernières innovations de l’enseigne destinées à faciliter l’automobile à ses clients tant en termes de produits et services que d’accueil client.

L’atelier est ainsi formé aux dernières évolutions technologiques et propose plus de 140 prestations en multimarques pour le diagnostic, l’entretien et la réparation de tous les véhicules.

Publié dans Marché
mercredi, 13 mars 2019 06:49

Point S renforce son concept industriel

En inaugurant un nouveau centre Point S Industriel à Azé, en Mayenne, l'enseigne lyonnaise optimise le maillage d'un concept stratégique pour elle, qui totalise à présent 177 implantations.

 

Et de neuf pour Marc Bayi ! Adhérent Point S depuis 2008, le directeur général de l'entreprise familiale éponyme vient d'ouvrir à Azé (53) son neuvième centre Point S Industriel. Un investissement qui en fait l'un des leaders dans la région sur ce segment. "La relation de confiance que j'ai construite et entretenue avec la direction du groupe m'a permis et donner envie de développer très rapidement ma société", explique Marc Bayi.

Ce dernier dispose sur chacun de ses neuf sites d'un camion atelier et a équipé ses centres de tablettes pour le suivi de parc de ses clients. Le centre d'Azé, équipé de cinq grues, accueille principalement les poids-lourds mais également les véhicules agraires. "L'enseigne met à ma disposition des supports technologiques pointus qui me permettent de répondre au mieux aux demandes de mes clients", ajoute le dirigeant.

Plus d'un millier de véhicules d'intervention

Pour Point S, cette ouverture vient renforcer le maillage d'un concept devenu au fil des années stratégique pour son développement. Le réseau des centres Point S Industriel, destinés à la clientèle professionnelle (poids lourds, génie civil, agraire), totalise 177 points de vente en France. Alors que l'enseigne espère ouvrir une trentaine de centres en 2019, portant son réseau à 580 points de vente, le concept Point S Industriel devrait en totaliser à lui-seul une dizaine.

Celui-ci s'appuie par ailleurs sur plus de 1 000 véhicules d'intervention (500 pour les PL, 300 pour la manutention, 280 pour l'agraire et 200 pour le génie civil) au niveau national.

Publié dans Marché
Page 1 sur 8

Découvrir

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

Pas d'événement