Pneumatique - Le site
Le site emploie 863 personnes. Le site emploie 863 personnes.
lundi, 26 octobre 2020 10:58

L'intersyndicale de Bridgestone veut des précisions au sujet du scénario présenté par Bercy

Pas vraiment rassurant et comportant trop de zones de flou, le projet alternatif dévoilé par le gouvernement à propos de l'usine Bridgestone de Béthune n'a pas rencontré l'adhésion des représentants syndicaux. Des précisions rapides sont attendues.

 

L'intersyndicale de Bridgestone s'inquiète du flou du scénario présenté lundi dernier par la ministre déléguée chargée de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, pour éviter la fermeture de l'usine Bridgestone de Béthune et demande des précisions rapides tant sur le contenu du projet que sur l'investissement de l'Etat, a indiqué jeudi son avocat à l'AFP.

Plus de la moitié des emplois sauvés

"Il faut nous dire rapidement ce qu'il en est et qu'ils ne fassent pas rêver les gens", a souligné Me Stéphane Ducrocq à l'issue de deux assemblées générales des salariés jeudi. Il a évoqué un "scénario au doigt mouillé pour lequel on ignore absolument si Bridgestone est d'accord ou pas". Lundi, le gouvernement a proposé à Bridgestone un "scénario" pour éviter la fermeture du site de Béthune, annoncée en septembre par le géant japonais du pneumatique et qui menace 863 emplois.

Fondé sur une expertise du cabinet Accenture, ce projet industriel prévoit une production sur place de 3 millions de pneus de qualité supérieure et maintiendrait plus de la moitié des emplois. Il suppose une restructuration, 100 millions d'euros d'investissement et de 25 à 40 % de gains de productivité. L'Etat dit qu'il est prêt à contribuer à l'investissement sur le site, "mais combien, comment ?" s'est interrogé Me Ducrocq.

Des experts vont se rendre sur place

Dans un communiqué de presse, l'intersyndicale s'est affirmée mercredi "inquiète", déplorant que le projet dévoilé à Bercy "reste muet sur les investissements massifs qui avaient été promis par l'État dans le cadre du plan de relance". Demandant à participer à une réunion avec le gouvernement et la direction de Bridgestone Europe, elle a assuré qu'elle n'accepterait "qu'un projet viable à long terme qui garantisse le maximum d'emplois sur site". Mardi, Agnès Pannier-Runacher avait indiqué que le gouvernement se donnait trois semaines pour valider ou non le scénario en question.

Des experts du cabinet Accenture doivent venir le 29 octobre à l'usine de Béthune, a indiqué Me Ducrocq, qui espère alors obtenir des précisions sur les contours du projet. "Le scénario d'une fermeture n'emporte pas les mêmes mesures que le scénario où on ne licencie pas tout le monde", a-t-il rappelé, alors que le top départ des cinq mois de négociations du plan de sauvegarde de l'emploi a été donné le 1er octobre. Mi-septembre, Bridgestone avait annoncé la "cessation définitive" à l'horizon 2021 de l'activité du site invoquant une surcapacité de production en Europe et la concurrence des marques asiatiques à bas coûts. (avec AFP)


 

Connectez-vous pour commenter

Découvrir

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter