Pneumatique - Le site

Pour accélérer et optimiser le développement de ses pneumatiques, Goodyear va installer un simulateur VI-Grade au sein de son centre d'innovation de Colmar-Berg, au Luxembourg. Un outil qui viendra également renforcer la collaboration avec le siège américain d'Akron qui dispose d'une solution identique.

 

Un pas de plus dans la digitalisation des pneumatiques. Goodyear vient d'annoncer que son centre de recherche et de développement de Colmar-Berg, au Luxembourg, sera bientôt équipé d'un nouveau simulateur de conduite dynamique (DiM250 Dynamic Simulator). Mis au point par VI-Grade, cet outil va permettre d'accélérer mais aussi d'optimiser le développement de pneumatiques sur le site européen du manufacturier américain.

"Ce niveau de simulation constitue un véritable avantage en matière de leadership technologique pour nous, souligne Chris Helsel, vice-président et directeur de la technologie de Goodyear. Nous souhaitons améliorer en permanence notre processus de développement et conserver notre statut de fournisseur privilégié pour nos clients".

Valider des profils avant de créer des prototypes

Les simulateurs de conduite permettent de développer, de tester et de valider des profils de pneumatiques au début du cycle de développement. Ils peuvent aider à identifier les plus performants avant de construire un prototype. Ce process se combine à celui du développement d’une voiture, pour proposer des profils de pneumatique au bon moment en fonction du besoin des constructeurs automobiles.

Grâce à ce nouvel atout technologique, Colmar-Berg va aussi pouvoir renforcer ses liens avec le siège américain d'Akron, où a récemment été mis en service un autre simulateur. "Goodyear est désormais à la pointe du développement virtuel de pneumatiques et bénéficie d’un avantage concurrentiel significatif en ce qui concerne la collaboration avec les constructeurs automobiles et l'accélération du développement de produits", note Guido Bairati, vice-président des ventes et marketing de VI-grade.

Publié dans Marché

Après quatre mois de développement mené avec le CHU d'Amiens, le groupe clermontois a déployé 50 kits de coussins pneumatiques dans plusieurs hôpitaux français. Une belle innovation qui vise à soulager les patients actuellement en réanimation.

 

Engagé dès le printemps auprès des hôpitaux pour offrir aux soignants un appui technique et technologique, avec notamment la fabrication de masques et de pièces pour respirateurs mais aussi la conception de visières stérilisables, le groupe Michelin s'illustre une nouvelle fois avec la mise au point d'une innovation qui s'avèrera très utile dans les services de réanimation. Depuis l'été dernier, le manufacturier s'est rapproché du CHU Amiens-Picardie pour trouver une solution qui permettrait de soulager le quotidien des malades.

"Nous étions confrontés à un problème de patients en détresse respiratoire, qu’il fallait absolument ventiler sur le ventre, pour espérer une amélioration. Or, cette position provoquait des escarres importantes qui obligeaient parfois à renoncer à la ventilation ventrale, explique le Docteur Gilles Touati. Je n’ai pas réfléchi très longtemps mais j’ai tout de suite pensé à une structure gonflable, faite de différents modules destinés aux différentes parties du corps (tête, thorax, bassin et membres inférieurs) et j’ai envoyé un message à Michelin. La réponse fut immédiate et la réactivité étonnante".  

S'adapter aux différentes morphologies des patients

Rapidement, le clermontois a mobilisé une équipe de six personnes comprenant des expertises R&D dans différents domaines (textile, plastique, modélisation) et un LAB apportant une méthodologie design thinking au projet c’est-à-dire une approche itérative centrée sur les besoins des utilisateurs. Leurs travaux les ont conduit à expérimenter leur innovation au sein du CHU à l'aide de mannequins appareillés. Une étape clé qui a permis d'aboutir au prototypage du dispositif avec sept pièces assemblables permettant de faire varier les distances afin de s’adapter aux diverses morphologies.

Le dispositif final, qui a récemment fait l'objet de deux brevets, est ainsi destiné au traitement des patients en situation de détresse respiratoire (mis en coma et sous assistance respiratoire) et permet de les positionner sur le ventre afin de favoriser leur ventilation. Tout en améliorant leur confort, ces kits limitent les escarres sur des zones d’appuis comme la cage thoracique, le bassin ou le visage.

4 établissements expérimentent le dispositif

"Toutes ces initiatives, portées au plus haut niveau du Groupe avec l’implication de nombreuses équipes déterminées à apporter leur soutien et leur expertise dans cette course contre la montre, démontrent une nouvelle fois notre attention aux personnes et à leur santé. C’est une de nos valeurs fondamentales. La création de ces kits de coussins pneumatiques, met également en lumière la capacité d’innovation de Michelin et les passerelles pouvant exister entre le monde du pneumatique et de nombreux autres domaines, comme par exemple celui du médical", complète Philippe Jacquin, directeur du développement des pneus Michelin pour automobile et deux-roues et responsable de la "task-force" qui a travaillé sur ce projet.

Ces derniers jours, une cinquantaine de kits ont été mis à disposition, à titre expérimental, dans les services de réanimation du CHU Amiens-Picardie mais aussi de celui de Clermont-Ferrand (sites d’Estaing et Gabriel Montpied) ainsi que dans deux hôpitaux de l'AP-HP (la Pitié-Salpêtrière et Beaujon).

Publié dans Industrie

L'enseigne de centres autos s'adapte à ce second confinement en déployant de nouvelles prestations. Feu Vert propose ainsi le dépannage de batteries, le transport de véhicules pour son entretien et la livraison de vélos électriques directement chez ses clients.

 

La crise sanitaire et les restrictions de déplacement poussent chacun à s'adapter et surtout à se réinventer. Face à ce second confinement, Feu Vert innove dans le but de simplifier le quotidien de ses clients. Depuis quelques jours, ces derniers peuvent ainsi profiter du service SOS batterie. En cas de panne de leur batterie, les automobilistes peuvent donc bénéficier d’un dépannage à domicile dans la journée.

Autre nouveauté avec également un service de voiturier. Les centres autos du réseau peuvent désormais mobiliser des chauffeurs chargés de récupérer le véhicule du client à l’adresse de son choix avant de le conduire à l’atelier. Une fois l’opération d’entretien réalisée, la voiture est reconduite à son adresse.

Avec le soutien de Driiveme

Enfin, pour l’achat d’un véhicule électrique sur son site ou en magasin, Feu Vert propose une livraison gratuite à domicile. Cette prestation intègre aussi la mise en service du vélo.

"Fort de nouveaux partenariats lancés ces derniers mois avec des acteurs comme eBay, 1001 pneus, Andannabike ou encore Mondial Pare-Brise, Feu Vert a su accélérer davantage encore face à ce second confinement. Nous avons déployé en moins de 10 jours des services supplémentaires facilitant la vie des automobilistes“, précise Rémi Husson, responsable du pôle innovation, services et expérience client de l’enseigne. A noter que Feu Vert s’est associé à Driiveme pour lancer cette nouvelle offre de services à domicile.

Publié dans Distribution

Près de 30 ans après l'Energy Saver, considéré comme le premier pneu grand public totalement respectueux de l'environnement, Michelin dévoile une nouvelle innovation verte. L'e-Primacy se démarque par sa durabilité et sa faible résistance au roulement. De quoi convenir aux modèles thermiques comme aux électriques.

 

Confinement oblige, c'est à distance qu'a eu lieu la présentation du nouveau e-Primacy. Si l'on attendra encore pour voir de près le produit, on en sait déjà beaucoup sur ce qui s'apparente comme une véritable innovation. 28 ans après la présentation de l'Energy Saver, que l'on pourrait résumer comme le premier pneu grand public écoresponsable, le manufacturier dévoile une nouvelle enveloppe "verte". Directeur de la BU Automotive, Emmanuel Ladent juge ainsi que "nous sommes à un moment charnière pour les produits verts et les consommateurs sont désormais prêts à investir davantage pour un produit respectueux de l'environnement".

Une fabrication locale pour une utilisation locale

L'e-Primacy n'est donc, d'après Michelin, rien d'autre que le pneu le plus écoresponsable jamais produit à grande échelle. Son nom renvoie d'ailleurs directement à cette idée. "Pourquoi "e" Primacy ? interroge Scott Clark, vice-président exécutif. Parce que cela fait référence à l'environnement, aux économies, à l'électrique aussi puisque ce pneu est un véritable atout pour ces véhicules". Fabriquée en Europe (en Allemagne, Espagne et Italie) pour les automobilistes européens, de sorte à limiter l'impact logistique, cette innovation se caractérise tout d'abord par deux éléments principaux : la durabilité et la résistance au roulement.

Le premier item rejoint un grand combat mené par Michelin qui, lors des dernières années, n'a eu de cesse de rappeler qu'il était nécessaire de maximiser la durée de vie des pneumatiques, en revoyant la limite légale mais aussi en informant les consommateurs sur les performances une fois usés. De facto, l'e-Primacy a été pensé pour offrir des performances élevées tout au long d'un cycle de vie, au demeurant important. Quant à la résistance au roulement, elle aussi a été largement améliorée pour réduire à la fois la consommation de carburant mais aussi les émissions de CO2.

Premier pneu à faire l'objet d'une EPD

Sur la durée de vie d'un pneumatique, Michelin avance une économie de 80 euros, grâce à un gain de 0,21 litre pour 100 kilomètres, et une réduction de CO2 évaluée à 174 grammes. Autant de qualités qui valent à l'e-Primacy un A+ en résistance au roulement et qui seront précieuses aux véhicules électriques et hybrides en leur permettant de consommer moins d'énergie et donc de gagner en autonomie (7 % ou 30 km pour un modèle doté d'une autonomie de 400 km). Pas peu fier de ces résultats, Michelin joue la carte de la transparence.

L'e-Primacy dénote ainsi en étant le premier pneumatique du marché à faire l'objet d'une déclaration environnementale publique (EPD) ou, autrement dit, un document qui quantifie son impact sur la planète et sur les populations. "Le Groupe est convaincu que la prise en compte de la réduction des impacts environnementaux deviendra un critère de choix différenciant à l’achat, étaye Cyrille Roget, directeur de la communication technique et scientifique. Nous aimerions que l'EPD devienne obligatoire à l'avenir". Conçue pour les citadines, berlines et SUV compacts, thermiques ou électrifiées, cette innovation fera son apparition chez les revendeurs en mars 2021 avec 56 références allant de 15 à 20 pouces. 

Publié dans Auto, VUL et SUV

Après avoir dû gérer les conséquences du coronavirus, le manufacturier transalpin se penche sur l'avenir avec une feuille de route très dense. Quatre lancements sont attendus dans les douze prochains mois.

 

Touché de très prés par la crise sanitaire, avec des implantations situées en plein cœur du "nœud" épidémique en Italie, le groupe Pirelli se relève depuis la mi-mai avec une activité plutôt soutenue. "Nous ne pensions pas que ça repartirait aussi vite, admet Laurent Cabassu, directeur général Europe de l'Ouest. La France fait partie de nos meilleurs élèves en Europe". Opérationnel à quasiment 100 % dans l'Hexagone depuis la fin du printemps, le groupe a pu compter sur de solides stocks pour répondre à la demande.  

Un nouveau toutes saisons attendu

Sauf qu'aujourd'hui, à l'instar de tous ses confrères, Pirelli est dans une situation critique. Arrêt de la production pendant plusieurs semaines, relance aléatoire et décalée selon les marchés, activité OE toujours incertaine, autant de raisons qui expliquent les difficultés du moment. "Ce qui nous rend optimiste, c'est que nous avons un outil industriel qui est très flexible. Nous pouvons reprogrammer une usine, pour nous adapter au marché, de façon rapide et rentable", ajoute Laurent Cabassu.

L'optimisme est d'autant plus de rigueur chez Pirelli que cet après-crise se joue avec de beaux projets dans les cartons. Les 900 millions d'euros d'investissements prévus en début d'année pour les trois ans à venir ne semblent pas remis en question. Dans les douze prochains mois, la feuille de route se veut ambitieuse avec pas moins de quatre lancements espérés. En attendant un toutes saisons nouvelle génération - segment sur lequel le groupe souhaite accélérer sous peu - c'est un inédit pneu été qui vient d'être dévoilé.

L'importance des homologations

Et pas n'importe lequel puisqu'il s'agit de la dernière génération du Cinturato P7. Une valeur sûre présente dans le portefeuille milanais depuis 70 ans et dont la précédente version datait d'il y a onze ans. Si la renommée de ce produit n'atteint pas celle du P Zéro, "presque une marque à part entière" en juge Laurent Cabassu, Pirelli entend capitaliser sur son histoire et son positionnement. Derrière l'ultra haute performance (P Zéro) et le premium (Scorpion), le Cinturato doit être conforté dans sa place de référence généraliste du manufacturier. Depuis 2009, celui-ci en a écoulé 88 millions dans le monde et cette gamme pèse plus de 40 % de ses ventes en France.

Preuve de l'attrait de ce nouveau produit, pas moins de 70 homologations OE ont déjà été enregistrées. Un sujet sur lequel Pirelli assume une stratégie très marquée, faisant des constructeurs un élément incontournable de sa réussite. "La question des homologations est un peu notre marque de fabrique, confirme le représentant. C'est important pour un manufacturier, c'est distinctif, c'est valorisant pour son savoir-faire…". C'est aussi cette stratégie qui guidera l'avenir du Cinturato P7. A l'heure où l'électrique prend une place de plus en plus grande sur le marché, une déclinaison pour VE devrait bientôt voir le jour.

Publié dans Industrie

Dévoilée en juin dernier lors du sommet Movin'On sur la mobilité durable, cette innovation vient de décrocher coup sur coup trois distinctions en Allemagne, en France et aux Etats-Unis.

 

L'année se termine en apothéose pour Uptis et ses concepteurs. Présentée par Michelin en juin dernier lors du sommet Movin'On 2019 consacré à la mobilité durable, ce pneumatique "airless" (sans air comprimé) représente une innovation majeure tant au niveau de la sécurité que du respect de l'environnement. Le secteur ne s'y est pas trompé et c'est pourquoi Uptis vient de recevoir, coup sur coup, trois prestigieux prix.

Le Golden Sterring Wheel Award 2019, remis par le groupe de presse allemand Auto Bild, le Coyote Automobile Award 2020, décerné en France par la communauté européenne de Coyote, et enfin l'AVT ACES Award 2020, distribué par le magazine américain Autonomous Vehicle Technology, lui reviennent. Ces trois trophées, incontournables dans l'industrie automobile, ont récompensé Uptis dans les catégories innovation et pneu de l'année.

"Une innovation de rupture majeure"

Ce prototype, à la technologie inédite et révolutionnaire qui supprime tout risque de crevaison, présente des avantages considérables qui permettront notamment aux automobilistes d’être plus sereins lors de leurs trajets en voiture et aux propriétaires de flottes ainsi qu'aux professionnels d’optimiser la productivité de leur business. Uptis a fait l'objet de 50 brevets liés à la conception de sa structure et à ses matériaux de haute technologie.

"Ces trois prix prestigieux sont une grande fierté pour les femmes et les hommes de Michelin, ils viennent récompenser une innovation de rupture majeure dans le domaine du pneumatique et démontrent la pertinence des efforts engagés par Michelin en matière d’innovation et de mobilité durable", se félicite Florent Menegaux, le président du groupe clermontois.

Publié dans Industrie

Déjà primés à plusieurs reprises, les concepts de pneumatiques Hexonic et HLS-23 de Hankook ont été récompensés lors de la dernière cérémonie des International Design Excellence Awards.

 

Hankook aura donc décroché cette année trois des prix en design les plus prestigieux au monde. Après l’iF Design Award 2019 et le Red Dot Design Award 2019, le manufacturier a été primé lors de la dernière cérémonie des International Design Excellence Awards qui s'est tenue le 21 août dernier, à Chicago (Etats-Unis). Face à 1 600 autres concepts créatifs, le groupe Hankook a été récompensé dans la catégorie Automobile et Transport pour ses pneumatiques Hexonic et HLS-23.

Le modèle Hexonic est un pneumatique pour les véhicules totalement autonomes. Les scanners intégrés analysent la route en temps réel grâce à sept capteurs indépendants positionnés sur le profil du pneumatique. Ils permettent d’évaluer l’adhérence, la température ainsi que le revêtement de la route pour que les sculptures du pneumatique s’ajustent en conséquence.

Le HLS-23 a quant à lui été conçu pour les systèmes logistiques automatisés et est équipé de capteurs pour contrôler mutuellement la position entre les véhicules et maintenir une distance constante les uns des autres. En outre, il garantit des performances de conduite fiables.

La cérémonie des IDEA est organisée par la Société des designers industriels d'Amérique (IDSA). Le meilleur projet est primé chaque année après une évaluation complète basée sur divers critères, comprenant l'innovation, la conception, l'expérience utilisateur et les avantages pour la société.

Publié dans Marché

Le manufacturier tricolore s'associe au constructeur américain pour développer une nouvelle génération de pneus airless. Baptisée Uptis, cette création pourrait être déployée sur le marché d'ici cinq ans.

 

Grande messe de la mobilité façon Michelin, le dernier sommet Movin'On (organisé du 4 au 6 juin) aura permis au groupe clermontois d'avancer ses pions sur le projet Vision. Basé sur quatre piliers technologiques que sont la connectivité, l'impression 3D, la durabilité et la conception "airless", celui-ci guide aujourd'hui les recherches de Michelin. A Montréal, c'est précisément sur ce dernier pilier que le manufacturier s'est illustré en dévoilant le prototype Uptis, soit la dernière génération de pneus sans air comprimé aux vertus multiples.

Réduire les immobilisations

Qui dit sans air, dit ainsi absence de crevaison ce qui permet donc aux automobilistes d'être plus sereins lors de leurs trajets et ce qui facilite également le travail des gestionnaires de flottes en réduisant les immobilisations et en limitant les opérations de maintenance. Cette technologie a aussi un impact direct sur l'environnement en réduisant la matière première nécessaire à la fabrication de pneumatiques ou de roues de secours.

"Le prototype Uptis, repensé pour les voitures d'aujourd'hui, est particulièrement adapté aux formes émergentes de mobilité. Les véhicules et les flottes de demain - autonomes, électriques, partagés ou autres – équipés en Uptis ne nécessiteront aucune maintenance liée aux pneus, ce qui optimisera leur productivité", ajoute Michelin.

Une Chevrolet Bolt EV comme cobaye

En marge de cette présentation, Michelin a également annoncé avoir conclu un partenariat de recherches avec le constructeur américain General Motors. Dans ce cadre-là, les deux groupes comptent tester et éprouver le concept Uptis afin d'en équiper des voitures dès 2024. Les premiers tests ont d'ailleurs été réalisés sur une Chevrolet Bolt EV.

"Uptis démontre que la vision de Michelin en faveur de la mobilité durable est un rêve atteignable. Notre collaboration avec des partenaires stratégiques tels que GM, qui partagent nos ambitions pour transformer la mobilité, nous permet de nous projeter dans l’avenir dès aujourd’hui", conclut Florent Menegaux, président du groupe Michelin.

Publié dans Industrie

Avec le nouveau Urban Taraxagum, le groupe allemand présente son tout premier pneu vélo fabriqué à partir d’un caoutchouc à base de pissenlit. Une vraie alternative au latex naturel provenant de l'hévéa.

 

C'est à Korbach, petite bourgade allemande nichée à 180 kilomètres au nord de Francfort, que Continental a dévoilé sa dernière création. Un lieu symbolique puisque Korbach est l'une des plus anciennes usines du groupe. Si celle-ci est aujourd'hui devenu le temple des pneus pour véhicules légers UHP (ultra haute performance), elle est aussi connue pour fabriquer depuis son ouverture en 1907 des pneus de vélo.

Un marché où la haute performance est aussi omniprésente alors que les pneus de vélos de Korbach sont tous conçus à la main ! Dans ce site, Continental a dévoilé sa première gamme de pneus vélo fabriqués à partir d’un caoutchouc à base de pissenlits cultivés en Russie.

Le modèle Urban Taraxagum est un pneu polyvalent pour vélos de route et de compétition, en dimension 35-622, bien connue des cyclistes. Continental produira cette année sa première série limitée. Le caoutchouc provient du laboratoire de recherche de Continental, à Anklam, au nord-est de l’Allemagne, inauguré en novembre 2018.

C’est là que le groupe réalise ses essais sur la culture et le traitement des pissenlits, comme source alternative au latex naturel provenant de l’hévéa des régions tropicales. "L’Urban Taraxagum est un pneu sport à très haute performance, avec la technologie anti-crevaison Vectran intégrée", développe Thomas Falke, responsable du département pneus deux-roues de Continental.

Publié dans Deux-roues

Pour célébrer son 100e anniversaire, la marque aux chevrons présente le concept 19_19 à la fois autonome, connecté et électrique. Une création dotée d'un concept de pneumatiques développé par Goodyear.

 

Citroën fête cette année ses 100 ans d'existence et présente à cette occasion le véhicule 19_19 Concept. Une innovation qui se veut à la fois autonome, connecté et électrique revendiquant des dimensions extra-larges et une esthétique spectaculaire. Pour chausser son concept, la maque aux chevrons a fait appel à Goodyear. La firme américaine a développé le concept C100 offrant au 19_19 confort et connectivité.

"Le pneu-concept Goodyear C100 a été spécialement dessiné pour le Citroën 19_19 Concept, précise Mike Rytokoski, directeur du marketing des pneumatiques tourisme de Goodyear Europe. Il bénéficie de technologies qui lui permettent d’offrir un confort maximal, une mobilité électrique efficace et intelligente nécessaires pour un véhicule autonome. […] Goodyear est honoré de collaborer avec Citroën pour écrire un nouveau chapitre de la mobilité".

Les caractéristiques d'une éponge naturelle

Au niveau de ses caractéristiques, le C100 dispose d'un diamètre de près d'un mètre, contre environ 60 cm pour un pneu standard, gage d'une faible résistance au roulement, d'une efficacité énergétique optimisée et de performances accrues en tenue de route et sur sol moullé. La bande de roulement s'inspire quant à elle de la nature. Comparée à celle d'un pneu standard, celle-ci est équipée d'une centaine de blocs de gomme supplémentaires pour une conduite plus silencieuse tandis que le mélange de gomme de l'intérieur des rainures s'inspire des caractéristiques d'une éponge naturelle.

"Avec sa capacité à se rigidifier quand elle est sèche (route sèche) ou à se ramollir quand elle est mouillée (route mouillée), cette bande de roulement adaptable améliorerait la tenue de route, l'adhérence et le freinage dans les deux situations", précise Goodyear. Dernier élément différenciant, le C100 utilise une technologie avancée de capteurs capable de détecter l'état de la route, les conditions météorologiques mais aussi d'analyser l'usure du pneu pour une maintenance proactive.

Publié dans Industrie
Page 1 sur 4

Découvrir

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter