Pneumatique - Le site
Christophe Rollet, directeur général de Point S. Christophe Rollet, directeur général de Point S.
mercredi, 15 avril 2020 16:27

Christophe Rollet pas du tout en phase avec le président du Medef

La sortie médiatique de Geoffroy Roux de Bézieux sur sa vision de l'après-crise n'a pas du tout plu au directeur général de Point S. Christophe Rollet dénonce une intervention déconnectée de la réalité qui brouille un peu plus les rapports entre employeurs et salariés.

 

Quelle mouche a donc piqué Geoffroy Roux de Bézieux ? En pleine crise du coronavirus, le "patron des patrons" s'est fendu d'une longue interview, le week-end dernier, chez nos confrères du Figaro dans laquelle il développe sa vision de "l'après". "L'important, c'est de remettre la machine économique en marche et de reproduire de la richesse en masse, pour tenter d'effacer, dès 2021, les pertes de croissance de 2020", jugeait ainsi celui qui a pris la relève de Pierre Guataz en 2018.

Pour ce faire, "il faudra bien se poser la question tôt ou tard du temps de travail, des jours fériés et des congés payés pour accompagner la reprise et faciliter, en travaillant un peu plus, la création de croissance supplémentaire" estime Goeffroy Roux de Bézieux. Des propos sur lesquels le premier représentant du Medef est depuis revenu suite aux nombreuses critiques qui ont suivi.

Ni le propos, ni le moment

Connu pour son franc-parler et ses prises de positions contre le travail du dimanche (en 2009) ou contre l'ouverture des commerces la nuit (en 2019), le directeur général de Point S a pris la plume, ou plutôt le clavier, pour dénoncer cette sortie médiatique. Des déclarations "malvenues" voire même "déplacées" qui montre, selon Christophe Rollet, "que ces représentants du patronat sont trop déconnectés de la réalité que nous vivons tous". "Le président du Medef ne représente pas l'opinion actuelle de bien des dirigeants. Et il participe à dégrader encore davantage l'image des patrons", ajoute-t-il.

"Tout d'abord, le moment est mal choisi. Car la crise sanitaire n'est pas terminée. Personne ne sait encore à quel moment nous allons pouvoir reprendre une activité économique quasi normale, et quel sera, à ce moment-là, le degré d'affaiblissement de nos entreprises. Il n'est pas du tout certain que l'activité nécessitera alors de travailler davantage", développe le dirigeant. Pour lui, le moment n'est pas "aux divisions" entre employeurs et salariés.

Un ultra-libéralisme stérile

"De plus, que signifie la notion de sur-travailler ? chère à Geoffroy Roux de Bézieux, s'interroge Christophe Rollet. Elle est bien trop imprécise. Elle ne fait qu'apporter de la confusion et de l'appréhension auprès des travailleurs, qui sont souvent déjà touchés par la crise. […] Ces décisions ultra-libérales ne créent ni de marges supplémentaires, ni d'emplois. Travailler plus se traduit en revanche par des conditions de travail détériorées pour les collaborateurs (arrêt de travail, perte de productivité...). Ce qui sera nuisible, au final, pour l'entreprise et son image auprès de ses clients".

"Il est temps que les partenaires représentant salariés comme patronat se mettent à travailler ensemble, plutôt que de s'opposer. Le moment difficile que nous traversons doit être accompagné de façon responsable et non par de grandes déclarations qui ne servent que de coups médiatiques sans apporter aucune solution, c'est ce que les salariés et les chefs d'entreprise attendent avant tout", conclut-il.

Connectez-vous pour commenter

Découvrir

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter