Pneumatique - Le site

Avec près de 54 millions d'enveloppes écoulées, l'industrie européenne du pneumatique retrouve des couleurs en ce début d'année 2021. Si tous les segments surfent sur cette tendance, celui des toutes saisons surperforme avec une croissance de 39 %.

 

Après avoir payé un lourd tribut en 2020 au cours d'un exercice rendu très difficile par la pandémie de Covid-19, le marché européen du pneumatique redresse la tête en ce début d'année. Selon les dernières statistiques de l'ETRMA, l’association continentale des fabricants de pneus et de caoutchouc, 53,7 millions d'enveloppes ont été écoulées au cours du premier trimestre sur le marché du remplacement pour véhicules légers.

Un résultat supérieur de 12 % et de près de 6 millions d'unités à celui enregistré au cours de la même période 2020. Tous les segments profitent de cette dynamique positive. Ainsi, celui des pneus été gagne 6 points, à hauteur de 33,9 millions d'unités. Les pneus hiver font encore mieux, avec une croissance de 17 % et un total de 2,5 millions de ventes. Enfin, les toutes saisons continuent d'avancer à un rythme très élevé avec un bond de 39 %, soit près de 2 millions d'unités gagnées entre les T1 2020 et 2021 (6,8 millions de pneus au total).

"Un bon signe pour notre industrie et pour la société"

Le marché du remplacement poids lourds profite lui-aussi d'une très bonne dynamique avec un gain de 18 % (3,3 millions d'unités), soit un point de croissance en plus que celui des deux-roues (3,2 millions). La croissance des pneus agricoles est moindre (9 %, 339 000 unités) mais cela s'explique aussi par la relative stabilité observée sur ce marché ces derniers mois.

"Il est encourageant de voir que dans tous les segments le marché se redresse et, après la très difficile année 2020, c'est un bon signe pour notre industrie et pour la société qui recommence petit à petit à bouger, déclare Fazilet Cinaralp, secrétaire général de l'ETRMA. J'espère vraiment que, dans les mois à venir, avec l'avancée du plan de vaccination dans toute l'Europe, les restrictions de déplacement seront levées pour permettre aux gens de voyager à nouveau".

Publié dans Marché

Avec des ventes TC4 en chute de 23 % sur le marché de l'équipement d'origine et de 12 % sur celui du remplacement, l'industrie européenne du pneumatique a vécu en 2020 l'une des plus mauvaises années de son histoire.

 

En dépit d'un troisième trimestre encourageant, les pertes abyssales enregistrées lors du deuxième étaient bien trop importantes pour permettre au marché européen du pneumatique de réaliser une année positive. Si tout n'est pas à jeter, le bilan 2020 s'avère en bien des points désastreux. Selon l'ETRMA, l’association continentale des fabricants de pneus et de caoutchouc, l'activité sur le marché de l'équipement d'origine s'est ainsi lourdement rétractée, directement pénalisée par le recul des ventes de véhicules neufs, avec des volumes en chute de 23 % sur la cible TC4 (67 millions d'unités) et de 18 % en poids lourds (4,6 millions).

La dynamique sur le marché du remplacement est, quant à elle, moins décevante grâce notamment à un quatrième trimestre convenable où le TC4 n'a perdu "que" 5 % de ses ventes alors que le PL, le deux-roues et l'agricole enregistraient des croissances comprises entre 8 % et 15 %. Sur douze mois, le marché du remplacement TC4 accuse un déficit de plus de 26 millions d'unités, à hauteur de 192,3 millions de pneus écoulés, correspondant à une baisse de 12 %.

Le toutes saisons plus fort que le Covid

Derrière ce chiffre, il est intéressant de souligner que le segment des pneus été totalise 85,7 millions d'unités (-13 %) et celui des pneus hiver 46,6 millions (-20 %). "L'hiver relativement doux a conduit de nombreux conducteurs à ne pas remplacer leurs pneus été par des pneus hiver", développe Fazilet Cinaralp, directrice générale de l'ETRMA. Toujours sur la plan de la saisonnalité, l'éclaircie est en réalité venue du segment des toutes saisons qui a confirmé sa bonne santé et sa capacité à résister à la crise sanitaire. Ses ventes se sont chiffrées à 21 millions d'unités, soit 5 % de plus qu'en 2019.

"Essentiel pour notre secteur de poursuivre la collaboration avec les institutions"

Du côté des pneus lourd, le marché du remplacement reflète assez bien la situation des derniers mois. En dépit des restrictions de circulation, des contraintes imposées et de l'arrêt de certaines activités, le transport est resté dynamique et la baisse finale de 4 % (12 millions d'enveloppes) fait presque figure de victoire. Un constat similaire s'applique au secteur agricole auprès duquel les ventes de pneumatiques sont restées étales sur un an avec 1,2 millions d'unités écoulées en 2020. Quant au marché du deux-roues, un recul de 9 % est observé (8,5 millions).

Plans sociaux à gogo

"La pandémie de Covid-19, les verrouillages répétés et les restrictions de déplacements imposés en conséquence, ainsi que la crise économique qui a suivi, avec la fermeture de certaines usines, ont fortement impacté le secteur du pneumatique, non seulement en termes de ventes mais aussi en termes d'emplois perdus", résume Fazilet Cinaralp. Dans le contexte actuel, Continental a annoncé vouloir supprimer 30 000 emplois dans le monde d'ici 2029. Bridgestone a, de son côté, annoncé qu'il allait fermer son usine nordiste de Béthune. Michelin, enfin, a dévoilé un plan de relance prévoyant la disparition de 2 300 postes dans l'Hexagone.

Et la représentante de juger qu'il sera "essentiel pour notre secteur de poursuivre la collaboration avec les institutions de l'Union européenne et les gouvernements nationaux" dans le but de déployer des dispositifs facilitant et accélérant la reprise du secteur.

Publié dans Marché

La relance économique a permis de dynamiser les ventes de pneumatiques à l'échelle du continent lors du troisième trimestre. Sur l'ensemble de l'année, l'ETRMA fait toutefois état d'un bilan toujours largement négatif, quel que soit le segment.

 

Après avoir atteint un niveau historiquement bas lors du deuxième, le marché européen du pneumatique a enregistré un troisième trimestre plus favorable. Conséquence directe de la levée progressive des mesures de confinement dans plusieurs pays. L'ETRMA, l'association continentale des fabricants de pneus et de caoutchouc, fait ainsi état d'un bilan sur trois mois rendu record pour certains segments de par cet effet de relance.

Entre le 1er juillet et le 30 septembre, 3 606 000 pneus PL, 293 000 pneus agricoles et 2 361 000 pneus deux roues ont été comptabilisés, soit des hausses respectives de 2,9 %, 11,6 % et 26,7 % comparé au troisième trimestre 2019. Seul le segment des véhicules légers échappe à cette bonne dynamique. Principal pourvoyeur de ventes sur le continent, celui-ci totalise 60 413 000 unités, soit 1,9 % de moins que sur la même période de l'an passé.

"Les perspectives pour la fin d'année restent sombres"

Encourageants, ces résultats n'en restent pas moins très insuffisants pour présenter un bilan annuel positif. Sur neuf mois, le segment VL enregistre une perte de volumes de 14,4 % (143 464 000 unités), celui PL de 8 % (8 706 000), quand l'agricole et le deux roues pointes respectivement à -3 % (899 000) et -11,7 % (7 115 000). Pour rappel, à la fin du deuxième trimestre, tous ces segments accusaient des baisses encore plus prononcées (-22 % pour le VL et -14 % pour le PL notamment).

A l'heure où la pandémie se fait à nouveau plus intense, les estimations de l'ETRMA pour le dernier trimestre ne sont pas bonnes. Soulignant "l'urgence de trouver les mesures les plus adaptées pour soutenir l'industrie du pneumatique afin de préserver les emplois dans le secteur", Fazilet Cinaralp, secrétaire générale de l'organisation, juge que "les perspectives pour la fin d'année restent sombres et avec une baisse à deux chiffres des ventes attendue sur tous les segments".

Publié dans Marché

 

L'ETRMA a présenté son pire bilan depuis que l'organisation publie son baromètre trimestriel. En pleine crise sanitaire, le marché européen du pneumatique a dégringolé de 22 % en TC4 et de 14 % en PL.

 

La chute est aussi lourde que douloureuse pour l'industrie européenne du pneumatique. L'ETRMA, l'association continentale des fabricants de pneus et de caoutchouc, vient de publier les résultats du deuxième trimestre 2020. Ces derniers entrent malheureusement dans l'histoire de l'organisation puisque celle-ci n'avait ainsi jamais présenté un bilan aussi dégradé depuis l'instauration de son baromètre trimestriel.

Entre début avril et fin juin, les ventes de pneumatiques TC4 ont accusé une perte de 31 %, soit près de 16 000 000 unités évaporées, pour un résultat final de 35 002 000 enveloppes. Autres segments particulièrement touchés, le poids lourd et le deux-roues voient leurs volumes s'effriter de respectivement 23 % et 26 %. Au final, seules les ventes de pneus agricoles se sont maintenues à un bon niveau, le recul de 4 % s'apparentant à une belle performance.

Une industrie mondialisée

Sur l'ensemble de l'année, à présent, les résultats ne sont guères plus encourageants. Le TC4 totalise après six mois 83 050 000 ventes, soit une baisse de 22 % comparé au premier semestre 2019. Sur le strict plan de la variation, c'est moins que le segment deux-roues, qui n'a écoulé que 4 755 000 enveloppes, soit une perte de 23 %. Le PL enregistre de son côté une perte de 14 % contre 9 % pour l'agricole.

Comme le souligne l'ETRMA, "après avoir été fermé pendant 33 jours en moyenne en raison de Covid-19, tous les fabricants de pneus en Europe ont lentement repris leur production en mai, lorsque la plupart des pays européens ont assoupli leurs fermetures. En conséquence, une légère tendance à la hausse des ventes de pneus de remplacement a été observée vers la fin du trimestre".

"Nos perspectives pour 2020 restent sombres"

Toutefois, l'organisation s'interroge sur le niveau et la durée de cette relance. "Étant une industrie mondiale, la reprise du secteur des pneumatiques ne dépend pas seulement de la situation de l’Europe, mais aussi de la manière dont les autres parties du monde et les routes commerciales mondiales continuent d’être affectées par la pandémie et de la combattre."

"La reprise complète du secteur des pneumatiques est encore loin. Pour le moment, nous ne pouvons qu'espérer une stabilisation du marché au second semestre, juge Fazilet Cinaralp, secrétaire général de l'association. Nos perspectives pour 2020 restent sombres avec une baisse à deux chiffres des ventes attendue dans tous les segments".

Publié dans Marché
vendredi, 17 avril 2020 09:13

Les ventes de pneus dégringolent en Europe

Une perte de 26 % sur le seul mois de mars et de 13 % sur l'ensemble du trimestre pour le segment TC4… Le dernier bilan de l'ETRMA montre l'impact direct du coronavirus sur le marché européen du pneumatique.

 

Après un exercice 2019 décevant, le début d'année 2020 n'a pas réellement permis à l'industrie européenne du pneumatique de retrouver des couleurs et la crise sanitaire qui touche actuellement le monde entier ne va clairement pas améliorer la situation. Selon le dernier bilan de l'Association des manufacturiers européens (ETRMA), les ventes d'enveloppes TC4 (tourisme, VUL, 4x4) ont diminué de 26 % entre mars 2020 et mars 2019, à hauteur de 15 739 000 unités, celles poids lourd ont reculé de 15 % (928 000), soit autant que le segment agricole (107 000), alors que les pneus deux-roues dégringolent de 41 % (688 000) !

Sur l'ensemble de l'année, tous ces segments sont dans le rouge (-13 % pour le TC4, -6 % pour le PL, -13 % pour l'agricole, -21 % pour les deux-roues). "La baisse drastique des ventes est en partie due aux nombreuses mesures prises par les fabricants de pneus pour protéger la santé et le bien-être de leurs employés et se conformer aux directives gouvernementales", note l'ETRMA. Celle-ci indique par ailleurs que, en date du 7 avril 2020, 89 % des capacités de production de pneus à l'échelle du continent sont fermées, ce qui impact 84 % des effectifs du secteur.

Le plus grand défi

Si l'association "soutient les mesures prises par la Commission européenne pour aider à atténuer les conséquences de cette crise sans précédent", elle juge qu'il s'agit là "du plus grand défi auquel notre industrie n'ait jamais été confrontée". Sa directrice générale, Fazilet Cinaralp, estime ainsi que la suspension des activités de production associée à la forte baisse de la demande "auront un impact durable sur les performances de notre industrie". Une reprise d'activité partielle, graduée et encadrée est défendue par l'ETRMA.

Pour le bien de chaque acteur mais aussi pour contribuer à lutter contre la pandémie de Covid-19. "L'industrie européenne du pneu reste prête à fournir toute l'assistance possible. Un certain nombre de membres de l'ETRMA produisent des masques chirurgicaux et des respirateurs dans différents États membres et continuent de se mobiliser sur tous les fronts pour jouer un rôle actif dans la bataille mondiale", conclut Fazilet Cinaralp.


 

Publié dans Marché

Selon l'ETRMA, l'année 2019 ne restera pas dans les annales du pneumatique. Le secteur a ainsi enregistré une forte baisse de ses volumes à l'échelle européenne.

 

En souffrance sur les six premiers mois de l'année avec des volumes en baisse de 3,7 %, le marché européen du pneumatique n'a pas réussi à inverser la tendance lors du second semestre 2019. Selon le bilan annuel de l'Association des manufacturiers européens (ETRMA), une baisse significative a été observée à cette occasion et ce sur tous les segments, hormis celui des deux roues.

Ainsi, le marché du remplacement TC4 affiche un retrait de 3 %, pour un total de 219 millions d'enveloppes écoulées. Les ventes en OE ont suivi une trajectoire similaire avec des volumes en chute de 5 %, à 86 millions d’unités. Situation quelque peu différente pour le pneumatique PL qui présente un bilan à l'équilibre avec 12,5 millions de ventes. En OE, le segment enregistre en revanche une sérieuse déconvenue avec une perte de 10 points (5,7 millions d'unités).

La Chine laisse place à d'autres pays…

Secrétaire générale de l'ETRMA, Fazilet Cinaralp remarque que la stabilisation des ventes aftermarket des pneus PL prouve que les importations depuis la Chine ont été partiellement remplacées par des importations issues d’autres pays, en particulier de l’Asie du Sud-Est et de la Corée. En effet, les importations depuis les pays de l’ASEAN (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) ont augmenté de 215 % en 2018 et de 170 % en 2019 tandis que celles issues de Corée du Sud ont grimpé de 117 % en 2018 et de 7 % en 2019.

La situation n’est guère plus reluisante du côté des ventes de pneus agricoles qui ont enregistré, pour la sixième année consécutive, un résultat négatif (-6 %). Finalement, seul le segment du deux-roues tire son épingle du jeu avec des volumes en hausse de 2 % (9,2 millions de montes).

Publié dans Marché
dimanche, 17 novembre 2019 17:49

Les ventes de pneus reculent en Europe

Selon le dernier relevé de l'ETRMA, le marché du pneumatique TC4 a vu ses volumes décroître de 2 % au cours du troisième trimestre.

 

Après un premier semestre négatif, la situation continue de se corser pour le pneumatique européen. Selon les dernières données trimestrielles de l'ETRMA (Association européenne des fabricants de pneus et de caoutchouc), les ventes de TC4 ont reculé de 2 % entre le 1er juillet et le 30 septembre 2019 pour un total de 58,416 millions d'unités.

Un déclin qui confirme la décroissance du marché sur l'ensemble de l'année puisque celui-ci totalise, après neuf mois, 159,441 millions de ventes, soit une baisse de 3 % sur un an.

L'agraire va mal

Deuxième segment sur le Vieux Continent, le poids lourd n'est pas au mieux non plus puisque ses ventes ont diminué de 2 % lors du troisième trimestre, à hauteur de 2,975 millions d'unités. Depuis le 1er janvier, le segment poids lourd reste toutefois positif avec un gain de trois points.

Dynamique semblable pour les pneus deux roues, qui perdent 2 % sur le dernier trimestre mais en gagne autant sur l'ensemble de l'année, alors que le segment agraire pointe dans le rouge sur tous les plans avec un recul de 8 % sur le trimestre et de 6 % sur les neuf premiers mois.

Publié dans Marché

En dépassant de peu la barre des 100 000 unités, les ventes de pneumatiques pour véhicules particuliers ont reculé de 3,7 % lors des six derniers mois sur le sol européen.  

 

La première moitié de l'année 2019 a été difficile pour le marché européen du pneumatique. Selon les dernières données de l'ETRMA (Association européenne des fabricants de pneus et de caoutchouc), le segment des pneus pour véhicules légers, principal pourvoyeur de ventes sur le Vieux Continent, a totalisé 100 975 unités, soit une baisse de 3,7 % comparé au premier semestre 2018.

Le déclin observé au premier trimestre (-3 %) s'est confirmé au deuxième (-5 %). A l'inverse, le marché des pneus poids lourd a progressé de 5,4 % au cours des six derniers mois avec un total de 5 156 ventes. La reprise de ce segment s'est particulièrement ressentie en début d'année avec une croissance de 10 % entre janvier et mars.

Dans la tendance des ventes de VN

Autre segment porteur, celui des pneus deux roues. Il s'en est écoulé 6 152 au premier semestre (+3,2 %). Enfin, le segment agricole n'est pas au mieux lui aussi avec une perte de 4,4 % (682 unités).

"Le marché des pneumatiques donne une bonne idée de la situation économique générale, juge Fazilet Cinaralp, secrétaire générale de l'ETRMA. Les faibles ventes de pneus de remplacement pour voitures particulières reflètent la dynamique des immatriculations de voitures neuves dans l'Union européenne, qui ont également diminué au cours du premier semestre (-3,1 % selon l'ACEA, NDLR)".

Publié dans Marché
mercredi, 30 janvier 2019 09:18

ETRMA : belle performance des pneus PL en 2018

Selon le dernier bilan de l’Association européenne de fabricants de pneus, le marché européen du pneumatique se porte plutôt bien avec une légère hausse du segment tourisme et une croissance de 9 % des ventes de pneus poids lourd.

 

Le bilan 2018 est conforme aux attentes des professionnels du secteur. Selon les données de l’Association européenne de fabricants de pneus, sur l'année 2018, le marché européen de la rechange de pneumatiques est globalement resté stable.

Ainsi, l’ETRMA observe une légère augmentation (+1 %) des ventes de pneumatiques grand public avec 207,547 millions d’unités en 2018 contre 205,056 millions en 2017. Dans le détail, les ventes de pneus hiver sont également en hausse de 1 % (57,837 millions d’unités) sur un an (57,031), tandis que les pneus été sont en léger recul de 1 % (111,833 millions contre 112,222 millions). Autre baisse relevée par l’ETRMA, celle du marché des équipements d’origine (-4 %) avec 83,707 millions d’unités en 2018 contre 86,810 en 2017.

En ce qui concerne le segment des pneus pour poids lourds, l’ETRMA souligne un quatrième trimestre très positif en 2018 (+16 % par rapport à 2017). Ainsi, les ventes de pneus de camions pour le marché de la rechange ont augmenté de 9 % en 2018 avec 10,614 millions d’unités vendues contre 9,757 millions en 2017. Enfin, le marché des équipements d’origine des poids lourds est en hausse de 4 % avec 6,352 millions d’unités (6,089 millions en 2017).

Publié dans Marché

Cinq ans après sa mise en place, le système d'étiquetage des pneumatiques doit être mieux valorisé auprès des utilisateurs et mieux contrôlé par les pouvoirs publics, selon une étude de l'ETRMA.

 

Une étude réalisée par Lizeo pour le compte de l'Association européenne des fabricants de pneus et des transformateurs de caoutchouc (ETRMA) révèle que le système européen d'étiquetage des pneumatiques reste encore aujourd'hui très mal appréhendé. 400 000 étiquettes de pneus ont été analysées au cours de la période 2012-2017 et il en ressort une absence d'évolution de la structure des ventes par rapport à la classe de performance.

En d'autres termes, les niveaux d'évaluation moyen pour la résistance au roulement et pour l'adhérence sur sol mouillé n'ont pas évolué en cinq ans, étant crédités d'un "E" pour le premier critère et d'un "C" pour le second. Aujourd'hui, moins de 0,1 % des pneumatiques sont actuellement étiquetés A-A, tandis que plus de 98% des pneus sont encore inférieurs à B-B.

1 % de pneus mal étiquetés

"Malheureusement, l’étude Lizeo démontre que les consommateurs sont encore peu sensibilisés, non seulement au système d’étiquetage du pneu, mais aussi au fait que le pneumatique peut présenter des différences de performances environnementales et sécuritaires très importantes, note Fazilet Cinaralp, secrétaire générale de l'ETRMA. En conséquence, les discussions en cours sur la révision du règlement étiquetage doivent mettre l’accent sur le renforcement de la notoriété du dispositif actuel avant d’envisager tout changement du classement et notamment la création de nouvelles classes plus ambitieuses".

En parallèle, alors que les manufacturiers plaident pour un renforcement des contrôles sur la bonne application du règlement étiquetage, l'étude de Lizeo s'inscrit dans leur sens puisqu'elle révèle qu'environ 4 000 pneumatiques étudiés étaient mal étiquetés.

Publié dans Marketing
Page 1 sur 2

Découvrir

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter