Pneumatique - Le site
400 000 pneus ont été analysés lors de cette enquête. 400 000 pneus ont été analysés lors de cette enquête.
vendredi, 02 novembre 2018 09:39

Etiquetage : un système encore mal appréhendé

Cinq ans après sa mise en place, le système d'étiquetage des pneumatiques doit être mieux valorisé auprès des utilisateurs et mieux contrôlé par les pouvoirs publics, selon une étude de l'ETRMA.

 

Une étude réalisée par Lizeo pour le compte de l'Association européenne des fabricants de pneus et des transformateurs de caoutchouc (ETRMA) révèle que le système européen d'étiquetage des pneumatiques reste encore aujourd'hui très mal appréhendé. 400 000 étiquettes de pneus ont été analysées au cours de la période 2012-2017 et il en ressort une absence d'évolution de la structure des ventes par rapport à la classe de performance.

En d'autres termes, les niveaux d'évaluation moyen pour la résistance au roulement et pour l'adhérence sur sol mouillé n'ont pas évolué en cinq ans, étant crédités d'un "E" pour le premier critère et d'un "C" pour le second. Aujourd'hui, moins de 0,1 % des pneumatiques sont actuellement étiquetés A-A, tandis que plus de 98% des pneus sont encore inférieurs à B-B.

1 % de pneus mal étiquetés

"Malheureusement, l’étude Lizeo démontre que les consommateurs sont encore peu sensibilisés, non seulement au système d’étiquetage du pneu, mais aussi au fait que le pneumatique peut présenter des différences de performances environnementales et sécuritaires très importantes, note Fazilet Cinaralp, secrétaire générale de l'ETRMA. En conséquence, les discussions en cours sur la révision du règlement étiquetage doivent mettre l’accent sur le renforcement de la notoriété du dispositif actuel avant d’envisager tout changement du classement et notamment la création de nouvelles classes plus ambitieuses".

En parallèle, alors que les manufacturiers plaident pour un renforcement des contrôles sur la bonne application du règlement étiquetage, l'étude de Lizeo s'inscrit dans leur sens puisqu'elle révèle qu'environ 4 000 pneumatiques étudiés étaient mal étiquetés.

Connectez-vous pour commenter

Découvrir

Feuilleter le magazine

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

Pas d'événement