Pneumatique - Le site

Impacté par le poids de la concurrence asiatique sur le segment des petites dimensions, le manufacturier a annoncé son intention de fermer son usine écossaise située à Dundee.


Ouvert en 1971 et spécialisé dans la fabrication de pneumatiques tourisme en dimensions 16 pouces et moins, le site de production du groupe Michelin basé en Ecosse, à Dundee, fermera ses portes d'ici mi-2020. Le manufacturier tricolore a officialisé la nouvelle lundi 5 novembre. Une décision motivée selon lui par "un recul structurel de la demande" pour ces dimensions concurrencées par "des produits d'entrée de gamme produits à bas coûts en Asie".

Selon Michelin, le site est "inadapté et sa conversion n'est pas financièrement tenable", alors que 70 millions d'euros ont été investis pour la modernisation ces dernières années. Le syndicat britannique Unite a aussitôt déploré un "coup de massue pour Dundee". "Ce serait dévastateur et représenterait une trahison des employés qui ont accepté des changements importants de leurs conditions de travail pour assurer un futur au site sur le long-terme", a déploré Pat Rafferty, de Unite.

Le syndicat s'est dit prêt à se battre "bec et ongles pour sauver l'usine". Michelin a de son côté promis le versement d'indemnités de licenciement majorées, la mise en œuvre de mesures spécifiques pour les salariés en fin de carrière et "un dispositif complet pour permettre aux salariés concernés d'accéder dans les meilleurs délais à un nouveau projet professionnel". L'usine écossaise de Michelin emploie 845 salariés.

Publié dans Industrie

Le célèbre bonhomme du groupe Michelin a été désigné cette semaine Icone du Millénaire, à New-York, par Advertising Week, célèbre série de conférences dédiée au marketing et à la publicité outre-Atlantique.

 

C'est un anniversaire couronné de succès. Alors que le Bibendum du groupe Michelin célèbre cette année ses 120 ans d'existence, celui-ci vient de se voir remettre le prestigieux prix de l'Icone du Millénaire par Advertising Week, célèbre série de conférences internationales basée aux États-Unis et dédiée aux leaders du marketing, du branding et de la publicité.

"Depuis sa naissance en 1898, sous la plume du dessinateur O’Galop, Bibendum est bien plus qu’un simple emblème publicitaire. Ce personnage vivant incarne le groupe Michelin, ses valeurs, ses engagements et ses missions. Porte-parole d’une meilleure mobilité, il accompagne les usagers de la route dans leurs déplacements", précise Adeline Challon-Kemoun, directrice marques, développement durable, communication et affaires publiques du groupe Michelin.

Ce n'est pas la première fois le bonhomme clermontois est honoré de la sorte. En 2000, il avait été élu meilleure icone de marque de tous les temps, à Londres (Royaume-Uni), par un jury de professionnels réuni à l'initiative du Financial Times. En 2011, le Bibenbum avait déjà été honoré par Advertising Week qui lui avait décerné le titre d'Icone de l'Année.

Publié dans Marketing

Du 3 au 29 septembre, Point S déploie une campagne promotionnelle en partenariat avec Michelin. Un coup de pouce appréciable pour le budget des familles en cette période de rentrée scolaire.

 

Conscient que la rentrée scolaire s'accompagne de dépenses inévitables, Point S, spécialiste du pneu et de l'entretien auto, lance une campagne promotionnelle avec des offres fortes. L'enseigne propose à ses clients de recevoir jusqu'à 80 euros pour l'achat de 4 pneus Michelin. Le pneu CrossClimate, élu produit de l'année 2018, est d'ailleurs compris dans l'offre.

D'autres promotions sur l'entretien auto (freinage, distribution) et les produits MDD de saison (balais d'essuie-glace, lave-glace, tapis, kits de nettoyage...) complètent le dispositif.

Cette campagne publicitaire multicanale est relayée au niveau national sur les médias télévisuels à forte audience ainsi que sur les supports digitaux de Point S (site internet et Facebook). Au niveau local, les affiches sont déployées dans les 525 points de vente de l'enseigne sous forme de PLV et sur les écrans des Point S TV, installées dans les centres.

"Cette opération de rentrée s'inscrit dans notre stratégie de relation clients, explique Joël Arandel, directeur Marketing de Point S. Nous offrons un coup de pouce au pouvoir d'achat de nos clients à une période où les dépenses ont tendance à s'accumuler, tout en gardant notre cap vers des produits premium et de qualité."

Publié dans Marketing
mercredi, 05 septembre 2018 13:32

Du mouvement chez Michelin

Le groupe clermontois annonce la nomination de Pascal Couasnon à la tête du département Expériences de Mobilité tandis que Matthieu Bonardel prend la direction de celui dédié à la compétition.

 

Alors que le nom du successeur de Michael Ellis à la tête du Guide Michelin n'est toujours pas connu, le manufacturier tricolore vient de confirmer deux nominations. La première concerne Pascal Couasnon. Jusqu'ici directeur du département Motorsport, celui-ci prend du galon en étant nommé à la direction de la ligne business Expériences de Mobilité tout en assurant la supervision de la BU compétition.

Diplômé de l’Ecole supérieure de Physique Chimie Industrielle de Paris, Pascal Couasnon est un fidèle du groupe Michelin chez qui il est entré en 1987. Par le passé, il a notamment été vice-président   marketing   de la filiale nord-américaine,   responsable   de   la communication technique de l'entreprise mais aussi ingénieur des tests routiers au Centre de Technologie de Ladoux  (Clermont–Ferrand).

Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, Pascal Couasnon supervisera ainsi le travail de Matthieu Bonardel, nouveau directeur de la ligne business Motorsport. Titulaire d’un Master de l’ESCP Europe et diplômé de l’Ecole Centrale de Paris, ce dernier a rejoint le groupe Michelin en 1995. Déjà responsable des activités compétition 4 roues entre 2000 et 2010, il a ensuite été directeur de la recherche pour les pneumatiques tourisme camionnette chez Michelin Amérique du Nord.

Il a aussi dirigé le programme Movin’On en 2016 avant de devenir le directeur du département pneus connectés en 2017.

 

Publié dans Carnet
mardi, 21 août 2018 12:21

La bonne mine de Michelin

Le manufacturier tricolore lance une nouvelle gamme de pneumatiques, dénommée Pro series, destinée aux chargeuses et aux machines de transport opérant dans les mines souterraines.

 

Environnement particulièrement hostlie pour les pneus, en raison des roches, des débris dispersés mais aussi des éraflures et des frottements dans les tunnels, les mines souterraines requièrent des produits technologiquement très poussés. Pour faire face à ce type de défis, Michelin innove en lançant la gamme Pro series destinée spécifiquement aux chargeuses et aux machines de transport opérant dans ces endroits.

Pour résister aux multiples agressions, les nouveaux pneus Pro series XSM D2+ et XMine D2 ont été renforcés à la fois sur les flancs et sur la surface de la bande de roulement. Ils bénéficient tous deux d’une conception de carcasse améliorée, d’une plus grande quantité de caoutchouc dans les zones vulnérables mais surtout de la technologie NRF (nappes de flancs renforcées).

Capacité de charge et durée de vie en hausse

Ces nappes NRF sont faites avec des cordes de nylon croisées, entourées d’un caoutchouc résistant et sont conçues pour réduire encore le risque de crevaisons. Elles sont croisées en losange notamment pour empêcher la propagation des fissures dans le pneu. La bande de roulement bénéficie en outre de nouveaux câbles et d’une configuration qui améliore la résistance aux dommages et offre une protection supplémentaire contre l’oxydation.

Autres atouts pour les Pro series avec tout d'abord une capacité de charge plus importante (+18% comparé à la gamme précédente) grâce à l'intégration d'un composant innovant de caoutchouc dans la zone du talon qui permet également d'améliorer sensiblement la durée de vie du pneumatique. Depuis juillet 2018, cette gamme est disponible dans le monde entier.

Malgré des ventes nettes et un bénéfice opérationnel impactés par les effets de change lors du premier semestre, le groupe Michelin a confirmé ses objectifs annuels.

 

C'est un premier semestre contrasté que vient de vivre le groupe Michelin. Celui-ci présente ainsi des résultats à deux vitesses avec tout d'abord un bénéfice net en hausse de 6%, à hauteur de 917 millions d'euros, grâce essentiellement à la baisse des taux d'intérêt et d'impôts. Dans le même temps, le manufacturier tricolore a vu ses ventes nettes reculer de 4,1%, pour un total de 10,6 milliards d'euros, sous l'effet de taux de changes négatifs.

Selon le directeur financier du groupe, Marc Henry, la baisse de plusieurs devises par rapport à la monnaie unique européenne a amputé les bénéfices de 218 millions, un résultat qualifié de "particulièrement violent". Ce facteur a aussi eu un impact sur le bénéfice opérationnel du groupe qui a chuté de 4,7 % (1,3 milliard d'euros).

Focus sur les pneus de spécialité

Dans ce contexte, la performance du premier semestre est un "bon résultat" pour Marc Henry qui confirme les objectifs 2018. Sur l'ensemble de l'année, Michelin table toujours sur "une croissance des volumes en lien avec l'évolution mondiale des marchés". Il prévoit une croissance du bénéfice opérationnel sur opérations courantes "supérieur à celui de 2017, hors effet de change" et la "génération d'un cash-flow libre structurel supérieur à 1,1 milliard d'euros", comme indiqué dans un communiqué.

Segment par segment, le manufacturier s'attend à un ralentissement de la croissance sur les marchés première monte tourisme camionnettes et poids lourds, mais à une demande toujours soutenue dans les pneus de spécialité. D'où sa décision annoncée le 12 juillet dernier de casser sa tirelire pour acquérir le Canadien Camso moyennant 1,45 milliard de dollars (1,25 milliard d'euros) afin de se renforcer dans les pneus de spécialité.

 

Publié dans Industrie

Le groupe clermontois casse sa tirelire pour s'offrir le canadien Camso, spécialisé dans les solutions de mobilité "hors route". Ce rachat, d'un montant évalué à 1,25 milliard d'euros, donnera naissance au numéro un mondial du genre.

 

C'est une opération d'envergure que vient de conclure Michelin avec la reprise de Camso. Les deux entreprises ont conclu une entente aux termes de laquelle Michelin fera l’acquisition de Camso pour un montant d’environ 1,25 milliard d’euros. Leurs activités hors route respectives seront bientôt réunies au sein d’une nouvelle division dirigée à partir du Canada. Cette union donnera naissance au numéro un mondial sur les marchés hors route.

Camso est une entreprise canadienne dont le siège social est situé à Magog, au Québec. Spécialisée dans les chenilles en caoutchouc pour les engins agricoles et les motoneiges ainsi que dans les pneus pleins et diagonaux pour le marché de la manutention, elle a réalisé un chiffre d’affaires de 974 millions de dollars lors de son dernier exercice fiscal. Ses effectifs s’élèvent à 7 700 collaborateurs.

Une frénésie de rachats en 2018

"Michelin et Camso ont de nombreuses valeurs en commun. Cette acquisition est une formidable opportunité réciproque. Michelin va pouvoir bénéficier de toutes les compétences de Camso sur les marchés de la mobilité hors route et Camso de toute l’expertise de Michelin sur les marchés de spécialités", commente Jean-Dominique Senard, le président du groupe Michelin. Après avoir dépensé 3,4 milliards d'euros depuis le début de l'année dans différentes opérations (création d'une société commune avec Sumitomo et rachat du britannique Fenner), le dirigeant entend à présent "faire une pause".

"Je veux aussi léguer à mon successeur un bilan financier très solide, ajoute Jean-Dominique Sénard qui passera la main à Florent Menegaux en 2019. Il faut garder toute sa force face au tsunami extérieur : n'oubliez pas que la part de marché des pneus chinois en Europe est passée de 5 % à 30 % en cinq ans. Il y a toujours dans ce pays une surcapacité de production phénoménale, qui se déverse en Europe".

Publié dans Industrie

Avec la plateforme Michelin Collectors Store, le groupe clermontois se lance dans la commercialisation d'objets d'art, disponibles en séries limitées, mettant en lumière son histoire et son savoir-faire.

 

Amateurs de belles choses, passionnés d'art et de design ou supporters de la marque clermontoise, le Michelin Collectors Store comblera tout le monde. Depuis le mois de juin, le manufacturier dispose d'une plateforme web dédiée à la commercialisation de produits lifestyle, à la fois atypiques et exclusifs, égrenés sous forme de collections thématisées.

Pour ce lancement, c'est le Bibendum, qui fête cette année ses 120 ans d'existence, qui a été retenu. Livres, figurines, véhicules miniatures, sérigraphies, boutons de manchettes ou encore tirages d'art, près de 40 objets reprenant l'emblème de Michelin sont disponibles. Et il y a en a pour toutes les bourses avec des figurines pop design "Artoyz" à 19€, un ouvrage sur l'histoire de Bibendum à 99€ ou une reproduction miniature de la célèbre Peugeot 202 "balles et ballons" à 825€.

"Toute l'histoire de Michelin se retrouve dans ces objets, note Christian Delhaye, directeur des activités Michelin Lifestyle. C'est une belle façon de redécouvrir la marque autrement que sous l'angle du pneumatique". Dans les prochains mois, de nouvelles collections seront lancées avec notamment pour thématique la relation entre Michelin et le Tour de France.

Publié dans Marketing

Organisé tous les trimestres, le dernier baromètre Posternak-Ifop sur l'image de marque des entreprises industrielles place une nouvelle fois Michelin à la première place.

 

L'image de marque des représentants du secteur automobile est toujours aussi bonne. Le dernier baromètre trimestriel Posternak-Ifop place ainsi Michelin, Citroën et Peugeot tout en haut du classement. Ce sondage, réalisé les 7 et 8 juin 2018 auprès d'un échantillon représentatif de la population de 1 010 personnes, offre au manufacturier clermontois la première place avec 82 % d'opinions favorables, soit un point de plus qu'à l'occasion du baromètre de mars 2018.

"Michelin, habitué à truster la première place de notre classement, ne génère que 7 % de mauvaises opinions, et les deux marques de PSA à peine 10 %. L'automobile confirme qu'elle est un secteur à forte implication et une industrie synonyme d'emplois. Renault progresse également de six places et revient pour la première fois depuis mars 2016 dans le Top 10", explique Claude Posternak, auteur de l'enquête.

Les groupes Yves Rocher, Airbus, Leclerc, Crédit Mutuel, Intermarché et Auchan figurent eux-aussi dans ce top 10. En 30è et dernière position, la SNCF enregistre le plus fort recul de ce dernier baromètre avec un indice d'image qui se détériore de 14 points.

Publié dans Marketing

Directeur international des guides Michelin depuis 2011, Michael Ellis a indiqué qu'il cèderait son poste à compter du 14 septembre 2018.

 

Ça bouge dans les rangs du "Guide Rouge". Directeur international du plus célèbre des guides gastronomiques depuis 2011, Michael Ellis quittera le groupe Michelin le 14 septembre 2018. C'est sous son impulsion qu'a été conduit avec succès une stratégie dynamique d’internationalisation.

Le Guide compte aujourd’hui 31 éditions réparties dans 30 pays (Guangzhou, en Chine, sera la 32è) et a enrichi sa collection de six nouveaux titres ces trois dernières années. 

"Mes sept années à la tête des guides Michelin ont été les plus passionnantes de ma carrière et je ne remercierai jamais assez le groupe Michelin de m’avoir donné cette opportunité unique, commente Michael Ellis. Les inspecteurs sont le cœur battant de cette activité stratégique et j’ai été très honoré d’être à leurs côtés durant ces sept années". Son successeur sera nommé prochainement.

Publié dans Carnet
Page 1 sur 23

Découvrir

Feuilleter le magazine

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

Pas d'événement