Pneumatique - Le site
jeudi, 03 novembre 2016 14:21

L'INCM repart de l'avant

Après avoir subi de plein fouet la crise économique et son déménagement en dehors de Paris, l'Institut National du Cycle et de la Moto a réussi à relever la tête en misant davantage sur la formation continue et sur le vélo.

C'est une petite révolution que vivra l'Institut National du Cycle et de la Motocycle (INCM) à compter de la rentrée 2018. A cette date, l'école intégrera le futur campus des services de l'automobile et de la mobilité aux côtés de l'Anfa, de l'Aforpa, du Garac et du GNFA. Un site vitrine, où se mêleront de multiples diplômes et de multiples populations, qui permettra de rassembler sur un même espace l'ensemble de l'offre en formation que compte le secteur et qui servira également de laboratoire de recherches et d'échanges pour l'ensemble de ces organismes.

Pour l'INCM, cette future installation à Guyancourt (78), à deux pas du Technocentre Renault, tombera à point nommé après plusieurs années difficiles. Après avoir connu un fort développement au début des années 2000, celui-ci a subi un sérieux revers à partir de 2008. La crise économique, synonyme de ventes en baisse pour l'ensemble du secteur, et donc de besoin en formation et en diplômés moins important, associée au départ de l'INCM de Paris pour rejoindre des locaux flambant neufs au Bourget (93), ont obligé l'école à se réinventer.

Le formateur de grands constructeurs

Avec des effectifs en baisse de 30% durant cette période, celle-ci a entamé sa mue à partir de 2013. Le premier effort s'est porté sur la formation continue qui a permis de séduire de prestigieux acteurs du secteur. L'INCM est ainsi devenu l'opérateur de formation deux-roues du GNFA et intervient auprès de concessionnaires et d'importateurs tels que Harley-Davidson, Honda France (avec deux personnes détachées à temps plein) et BMW Motorrad, qui est d'ailleurs implanté dans ses locaux du Bourget et prendra place sur le futur campus.

Effectifs en hausse de 15% en 2015

L'autre dossier à développer portait ensuite sur le vélo. Un secteur en plein boom, notamment en milieu urbain, qui a représenté l'an dernier quelque 3 millions de ventes, une tendance qui a un impact direct sur la filière de vente. "Cette dynamique profite essentiellement aux détaillants ainsi qu'à la grande distribution avec des produits d'entrée de gamme et qui est à la recherche de collaborateurs formés", détaille Jean Le Naour, directeur de l'INCM. Résultat, l'institut a réussi depuis deux ans à tripler son chiffre d'affaires alors que l'exercice 2015 lui aura permis d'enregistrer une hausse de ses effectifs en apprentissage de 15%, et ce  pour la première fois depuis dix ans.

Un maillage régional plus homogène

L'INCM entend ainsi capitaliser sur sa prochaine arrivée à Guyancourt pour poursuivre cette croissance. "Aujourd'hui, nous avons du mal à toucher les post collégiens car, en Ile-de-France tout particulièrement, la notion de proximité est fondamentale. Avec un site situé à l'est et un autre à l'ouest de la région, nous allons pouvoir toucher un nouveau public", ajoute Jean Le Naour. A plein régime, soit à horizon 2019-2020, l'école ambitionne alors de compter 150 alternants de plus pour un total d'environ 500 apprenants. De même, le directeur de l'INCM compte énormément sur la présence d'autres organismes de formation ainsi que sur de grands acteurs du secteur à proximité "pour croiser des informations, des connaissances, des expériences, et créer une véritable pépinière de la formation francilienne".

Connectez-vous pour commenter

Découvrir

Feuilleter le magazine

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

Pas d'événement